/news/society
Navigation

Tout juste retraité, Alex Harvey donne déjà au suivant

Alex Harvey fait la promotion du sport comme moyen d’intervention scolaire

Quebec
Photo Stevens Leblanc Alex Harvey est récemment devenu porte-parole d’un organisme qui encourage des jeunes comme Yajuwa Amanazo, passionnée de soccer et étudiante à l’école secondaire Vanier, à persévérer dans leurs études.

Coup d'oeil sur cet article

Tout juste retraité, Alex Harvey a décidé d’aller à la rencontre d’adolescents pour propager une recette qui a bien fonctionné pour lui: allier sport et études.

Le fondeur canadien le plus décoré de l’histoire venait à peine d’accrocher ses skis, le printemps dernier, qu’il acceptait un mandat de porte-parole pour l’organisme Le Diplôme avant la Médaille, qui se sert du sport pour motiver plus de 200 jeunes de Québec dans leur parcours académique.

«C’est certain que ça connecte à 100 % avec moi», dit le skieur de 31 ans qui n’a jamais vraiment cessé d’étudier, même en étant au sommet de sa discipline.

C’est ainsi qu’il a fait la rencontre de Yajuwa Amanazo, il y a quelques jours, à l’école secondaire Vanier. La Congolaise de 16 ans ne parlait que quelques mots de français quand elle est débarquée au Québec, il y a quatre ans, avec ses parents et ses huit frères et sœurs.

«Les ados, on a besoin de soutien, on a besoin de quelqu’un pour nous faire comprendre à quel point on est capables de faire des choses extraordinaires et pour nous dire “go, tu es capable”», explique l’adolescente dans un français qui est aujourd’hui remarquable.

Faire une différence

Le Diplôme avant la Médaille l’a jumelée avec une bénévole pour recevoir de l’aide aux devoirs et il lui suffit de mettre les efforts appropriés dans son apprentissage pour ensuite jouer au soccer, son sport favori.

«C’est le genre de chose qui va faire une différence pour le reste de la vie de ces jeunes», pointe Alex Harvey, expliquant qu’il cherchait une façon de « redonner » à la communauté.

«J’ai vraiment été choyé par la vie et, en même temps, je suis conscient que ce n’est peut-être pas le cas pour tout le monde», dit-il.

Le champion québécois s’identifie beaucoup à ces jeunes passionnés d’un sport et parfois moins par leurs études.

Même s’il était doué en classe, l’adolescent qu’il était au programme sport-étude de l’école secondaire du Mont-Sainte-Anne reconnaît qu’il était parfois trop agité au goût de certains enseignants...

«Il fallait que je brûle de l’énergie», lance-t-il, ce que permettaient ses sorties à la montagne.

De l’ambition

Son conseil aux adolescents? «C’est vraiment de leur dire que c’est super, ce qu’ils font, de ne pas lâcher et de ne pas avoir peur de se fixer un objectif ambitieux», dit celui qui fréquente à temps plein, cet automne, les bancs de l’Université Laval, au baccalauréat en droit.

«De voir que même un athlète professionnel va aller se chercher un diplôme pour son après-carrière, je trouve que c’est un bel exemple pour les jeunes», souligne de son côté Béatrice Turcotte Ouellet, la fondatrice du Diplôme avant la Médaille.

♦ L’organisme recherche activement des tuteurs bénévoles pour aider des adolescents et des adolescentes comme Yajuwa Amanazo cette année. La période d’inscription, ouverte à tous, se termine le 27 septembre.

Le Diplôme avant la médaille

  • Projet né en 2012 à l’école secondaire Vanier.
  • 239 jeunes sportifs aidés depuis sa création.
  • Une centaine de tuteurs bénévoles en 2019-2020.
  • 9 élèves soutenus sur 10 ne décrochent pas de l’école.
  • Partenaire des écoles secondaires Vanier, La Camaradière et de la polyvalente de Charlesbourg.