/sports/football
Navigation

Les Chiefs en mission

FBN-SPO-BALTIMORE-RAVENS-V�KANSAS-CITY-CHIEFS
Photo AFP Patrick Mahomes a complété sa journée de travail avec 374 verges et trois passes de touché.

Coup d'oeil sur cet article

Même sans certaines de ses composantes importantes, le rouleau compresseur des Chiefs continue d’écraser tout sur son passage. Le quart-arrière Patrick Mahomes n’a absolument rien d’un feu de paille et il continue d’offrir le meilleur spectacle à travers la NFL.

Cette fois, ce sont les Ravens, invaincus et totalement dominants à leurs deux premiers matchs, qui ont vu la mer rouge déferler sur eux, dans un duel qui s’est soldé au compte de 33-28 en faveur des Chiefs.

Les Chiefs sont donc demeurés parfaits (3-0), même si leur as receveur Tyreek Hill continue de soigner une blessure à la clavicule. Même si le porteur Damien Williams a raté le rendez-vous. Même si le bloqueur à gauche Eric Fisher a aussi sauté son tour. Même si le porteur substitut

LeSean McCoy s’est blessé à la cheville en cours de route.

C’est précisément là que Mahomes démontre toute sa splendeur. Quand certains quarts-arrière de qualité se mettent à en arracher, ils ont régulièrement l’excuse que leur groupe de receveurs est amoché, qu’ils manquent d’appui dans le champ-arrière ou qu’ils sont privés de partant sur la ligne offensive.

Mahomes, malgré ces embûches, brille toujours plus. Dimanche, il a signé un 14e match de suite avec au moins deux passes de touché et n’est plus qu’à un seul du record de 15 de suite détenu par Peyton Manning.

En 20 départs en carrière en saison régulière, il totalise 60 passes de touché. Il a atteint ce plateau plus vite que quiconque dans l’histoire, puisque le grand Dan Marino détenait la marque, en 25 parties. Dans 13 de ses 20 matchs en carrière, Mahomes a franchi le cap des 300 verges, une autre marque qu’il ravit à un immortel de son sport, Kurt Warner.

Un effet positif

Son plus grand don est de faire fonctionner tout le monde autour de lui. À la première semaine, c’était son receveur Sammy Watkins qui s’illustrait. Depuis, la recrue Mecole Hardman s’impose comme une menace verticale de choix. De son côté, Demarcus Robinson, qui s’est fait discret depuis son arrivée dans la NFL en 2016, est en voie de devenir une nouvelle vedette.

Au sol, l’équipe a amassé 140 verges et le porteur Darrel Williams a cumulé 109 verges (course et passe). Comme quoi tous les joueurs deviennent spectaculaires avec Mahomes dans les parages.

Dans cette rencontre, les Chiefs ont été capables d’explosion comme de robustesse. Quand il fallait gagner les grosses verges au sol en fin de match, ils ont démontré qu’ils étaient plus qu’un club de finesse. Ils ont finalement empilé 503 verges de gains contre une défensive qui a terminé la saison précédente au premier rang dans la ligue.

Effort louable

Les Ravens, de leur côté, n’auraient pas été dans le coup, n’eût été quelques miracles de Lamar Jackson au quatrième quart, pour garder le pointage serré.

Le jeune quart-arrière est en train de démontrer qu’il n’est pas de la frime, même s’il n’a toujours pas affronté une grande défensive. Il peine encore à rejoindre ses ailiers espacés, qui n’ont capté que huit de ses 22 passes complétées. C’est signe qu’il se rabat encore trop souvent sur ses béquilles près de la ligne de mêlée. La machine doit être mieux huilée, mais sa carrière ne fait que commencer.

La défensive, qui a perdu plusieurs vétérans de qualité, a ressenti les premiers contrecoups de ces départs.

Les Ravens forment une bonne équipe, mais à moins d’un changement drastique dans la conférence, difficile de voir d’autres équipes que les Chiefs et les Patriots en finale, à la mi-janvier.

Les gagnants

Daniel Jones

Comme premier départ en carrière, c’en fut tout un ! Deux touchés par la passe, deux touchés par la course et 336 verges de gains par les airs ont permis de confirmer qu’il y a de l’espoir chez les Giants, que ceux qui ont hué Daniel Jones le soir du repêchage ont l’air ridicules et qu’Eli Manning était vraiment fini.

Kyle Allen

Privés de Cam Newton, les Panthers ne pouvaient espérer une meilleure performance de celui qui lançait en relève, Kyle Allen. Le quart-arrière, à son deuxième départ en carrière, a complété 73 % de ses passes avec quatre passes de touché pour maintenir son équipe en vie.

Les Patriots

Le travail de destruction massive se poursuit. Vrai que les adversaires ne sont pas grandioses en ce début de saison, mais n’empêche que la défensive n’a toujours pas concédé le moindre touché. Du jamais-vu comme début de saison durant l’ère Belichick.

Les Saints

Les Saints ont énormément de mérite d’avoir été battre les Seahawks à Seattle, sans leur quart-arrière Drew Brees. Sans être spectaculaire, son remplaçant Teddy Bridgewater a fait le boulot.

Shaquil Barrett

Le secondeur extérieur des Buccaneers comptait 14 sacs en cinq ans de carrière, à titre de joueur plutôt marginal. Face aux Giants, il a connu un deuxième match de suite d’au moins trois sacs pour porter son total à huit cette saison. Quelle mouche l’a piqué celui-là?

Les perdants

Les Eagles

Les blessures chez les receveurs font mal, mais Carson Wentz peine à rendre ceux qui sont en poste meilleurs. Le début de saison décevant des Eagles se poursuit. En excellente position après un placement bloqué en fin de match, l’attaque a été incapable de bouger.

Keanu Neal

La guigne s’acharne sur le maraudeur des Falcons. La saison dernière, il s’était déchiré le ligament croisé antérieur à son 1er match. Cette fois, à son troisième match, c’est le tendon d’Achille qui a cédé. Une autre saison aux ordures pour un excellent joueur.

Saquon Barkley

Tout indique que le brillant porteur des Giants a subi une entorse à la cheville. Ça aurait pu être pire, mais il ratera quand même quelques matchs.

Les Broncos

Les Broncos sont la première équipe en 50 ans à ne forcer aucun revirement et à ne pas obtenir le moindre sac en trois matchs pour débuter la saison. La défensive ne répond pas aux attentes.

Les Steelers

Comment les Steelers ont-ils pu perdre malgré cinq revirements des 49ers ? Difficile de croire que cette équipe en est rendue là.

5 jeux de la semaine

FBN-SPO-BALTIMORE-RAVENS-V�KANSAS-CITY-CHIEFS
Photo USA TODAY Sports

1. Victoire, Bills !

Avec 20 secondes à écouler et les Bengals qui tentaient d’aller marquer, le demi de coin des Bills Tre’Davious White a intercepté une passe d’Andy Dalton pour assurer la victoire aux Bills. Pour White, il s’agissait d’une deuxième interception dans le match et c’est le jeu qui a permis aux Bills de demeurer invaincus en ce début de saison étonnant.

2. Tout un retour !

Jamal Agnew, des Lions, a réussi le premier touché cette saison sur un retour de botté d’envoi en parcourant 100 verges. Il s’agissait d’un moment important pour le retourneur, puisque son entraîneur-chef, Matt Patricia, l’avait confiné au banc après une performance désastreuse en début de saison. Ce jeu a fait la différence dans la victoire face aux Eagles et Agnew a augmenté considérablement sa sécurité d’emploi.

3. Un vrai vol

Jaire Alexander est en train de s’établir comme un excellent demi de coin, non seulement au sein des Packers, mais à travers la NFL. Le joueur de deuxième année a réalisé un brillant jeu au troisième quart face aux Broncos, quand les siens s’accrochaient à une mince avance de 17-10. Il a littéralement volé le ballon des mains de l’ailier rapproché Noah Fant pour redonner une chance aux Packers, qui ont inscrit un touché sur la séquence offensive qui a suivi.

4. Cours Christian, cours !

Le plus long touché par la course cette saison est l’œuvre du porteur des Panthers, Christian McCaffrey. Au troisième quart, l’homme à tout faire de l’équipe a galopé sur 76 verges, personne ne parvenant à le rattraper. Le jeu s’est révélé critique puisqu’avant ce touché, les Panthers ne détenaient qu’une avance d’un point.

5. Bonne acquisition

Les Steelers ont donné un choix de première ronde aux Dolphins la semaine dernière pour mettre la main sur le demi défensif Minkah Fitzpatrick, 11e choix au total l’an dernier. Fitzpatrick a fait bien paraître ses nouveaux patrons en obtenant une interception, en plus de forcer un échappé. Il a par ailleurs réussi cinq plaqués.