/misc
Navigation

Massé-Pelletier opte pour les Minutemen

L’ex-joueur du Blizzard poursuivra sa carrière à UMass

Mathieu Massé-Pelletier
Photo d’archives Avec les Minutemen, Mathieu Massé-Pelletier retrouvera deux anciens des Cheetahs de Vanier. Le secondeur Tyris Lebeau, qui a réussi une interception en fin de semaine contre Coastal Carolina dans une défaite de 62-28, et l’ailier espacé Samuel Emilius.

Coup d'oeil sur cet article

Après un processus de recrutement qui a duré près de deux ans et qui s’est traduit par l’obtention de 20 offres de formations de la NCAA, Mathieu Massé-Pelletier a arrêté son choix, hier. Le secondeur intérieur poursuivra sa carrière avec les Minutemen de UMass.

« Je suis content que ça soit fini », a avoué Massé-Pelletier, hier, tout juste après avoir prévenu UMass de ses intentions. « Il s’agit d’une grosse décision qui m’enlève un gros poids des épaules. Ce fut long comme processus, mais je suis content de mon choix. »

Pourquoi UMass ? « J’ai fait deux ou trois visites et je me suis senti comme chez nous, a expliqué le secondeur des Tigers de Woodberry Forest. Je partage la même vision que le nouveau personnel d’entraîneurs, et on croit qu’on peut changer le programme de bord. La classe 2020 sera très importante. C’est le premier cycle complet des nouveaux entraîneurs qui croient en moi et veulent investir en moi. »

« Il y a un trou dans l’alignement qui va me permettre de voir du terrain rapidement en défensive et sur les unités spéciales, de poursuivre l’ancien porte-couleurs du Blizzard du Séminaire Saint-François. Je pourrai aussi faire mon premed dans une concentration de biologie. La proximité a aussi pesé dans la balance. »

Ivy League

Certaines des écoles les plus prestigieuses de la Ivy League, dont Harvard, Yale et UPenn, lui avaient soumis une offre. « Ce sont toutes des écoles prestigieuses, mais je voulais me retrouver au sein d’un programme où le football est plus présent, a-t-il raconté. J’ai toujours voulu jouer dans le FBS, et la Ivy League n’était pas dans mes plans quand je suis parti de Québec. Je voulais évoluer dans un haut niveau de football. Dans la Ivy League, tu reçois une aide financière et non une bourse d’études complète. J’aurais reçu une bonne aide financière, mais il aurait fallu que je contracte un prêt, et ça ne m’intéressait pas. »

Avant de s’engager, Massé-Pelletier avait encore des discussions avec de grosses pointures. Il parlait avec Virginia, Virginia Tech et UCLA. « Ça regardait bien avec UCLA, mais ils se sont retirés. Avant la saison, Virginia et Virginia Tech m’avaient dit qu’ils voulaient attendre après notre troisième partie. Récemment, ils voulaient attendre encore deux semaines. J’avais l’impression que j’attendais pour rien parce que mon cœur était déjà à UMass. »