/news/transports
Navigation

Troisième lien à Québec : «c’est un projet de république de bananes», dit Luc Ferrandez

Troisième lien à Québec : «c’est un projet de république de bananes», dit Luc Ferrandez
Photo Agence QMI, Sarah Daoust-Braun

Coup d'oeil sur cet article

L’ancien maire de l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal à Montréal Luc Ferrandez n’y va pas avec le dos de la cuillère pour décrire le projet de troisième lien à Québec qu’il qualifie de «pire projet de transport de l’Occident».

«Je ne peux pas en penser plus de mal, a-t-il dit à l’émission "Tout le monde en parle" de Radio-Canada dimanche soir. C’est un projet de république de bananes.»

«C’est l’équivalent de la construction de la copie de la cathédrale du Vatican en Côte-d’Ivoire dans la brousse», ajouté celui qui est devenu chroniqueur radio à la suite de sa démission de maire en mai dernier.

Selon lui, le trafic autoroutier n’est pas assez important pour motiver la construction de ce lien entre les deux rives du fleuve Saint-Laurent à l’est de Québec compte tenu des coûts qui étaient estimés en 2016 à au moins quatre milliards $.

«Il n’y a pas assez de monde à l’est pour justifier la construction de ce lien-là. Et même si on développait des quartiers à l’est de Lévis, il n’y aurait jamais assez de monde pour justifier un ouvrage de ce coût-là», a-t-il précisé.

Selon lui, sur une base de 10 000 passages quotidiens, la valeur par passage qu’un usager de la route devrait payer pour couvrir les coûts de cette construction devrait être fixée à plus de 120 $.

«C’est indécent», a dit Luc Ferrandez.

Sa voix contre ce projet s’ajoute à celles des environnementalistes, de nombreux spécialiste en transport ainsi que du maire de Québec, Régis Labeaume.

Luc Ferrandez a depuis longtemps pris position contre l’utilisation massive de l’automobile, en raison des impacts négatifs sur l’environnement et le réchauffement de la planète. Avant de quitter son poste de maire, il avait même affirmé lors d’une rencontre publique du Plateau-Mont-Royal qu’il fallait «nuire à l’utilisation de la voiture».