/news/health
Navigation

Vers un traitement électromagnétique pour inverser la maladie d'Alzheimer

Coup d'oeil sur cet article

De premiers essais menés aux États-Unis avec une nouvelle technologie basée sur des ondes électromagnétiques amènent un vent d'espoir pour des millions de patients atteints de la maladie d'Alzheimer.  

En effet, l'entreprise NeuroEM Therapeutics a expliqué, au cours de la dernière semaine, qu'un casque développé avec l'appui de chercheurs du Byrd Alzheimer's Institute de l'Université de Floride du Sud a permis d'améliorer les capacités cognitives de patients affectés par cette maladie sur une période de deux mois, au cours d'une première phase de test.  

Ressemblant à un simple bonnet, le casque contient des électrodes qui émettent des ondes électromagnétiques. Celles-ci pénètrent le cerveau et vont briser les amoncellements toxiques de protéines bêta amyloïdes (A-bêta) et de protéines tau, souvent considérées comme les grandes responsables de l'Alzheimer.  

Les dépôts de protéines A-bêta forment des plaques dans le cerveau qui bloquent les signaux qu'émettent les neurones entre eux. Les protéines tau, elles, peuvent en venir à former des amas, ce qui les empêche de jouer leur rôle consistant à alimenter les neurones en nutriments, explique la Société canadienne de l'Alzheimer sur son site internet.  

Au terme d'un essai de deux mois sur huit patients souffrant de la maladie d'Alzheimer à un stade peu ou moyennement avancé, les chercheurs ont noté une amélioration cognitive chez sept d'entre eux. Aucun effet secondaire n'a été détecté au cours de cette période.  

«Nous avons été particulièrement surpris de constater que l'amélioration significative de l'ADAS-cog (une échelle permettant de mesurer le déclin cognitif causé par l'Alzheimer, ndlr) s'est maintenue jusqu'à deux semaines après la fin du traitement. L'explication la plus plausible [...] est que le processus même de la maladie d'Alzheimer a été affecté», a expliqué le président-directeur général de NeuroEM Therapeutics, le docteur Gary Arendash, par communiqué.  

«Probablement que la meilleure indication que le traitement de deux mois a un effet clinique important [...] est qu'aucun des patients ne voulait retourner son casque», a souligné Dr Arendash.  

L'entreprise entend maintenant poursuivre ses tests en recrutant 150 personnes souffrant de la maladie d'ici la fin de l'année. Si cette nouvelle étape s'avère concluante, NeuroEM Therapeutics compte demander à l'Administration américaine de l'alimentation et des médicaments (FDA) d'homologuer son produit.  

Le casque a pour avantage qu'il peut être utilisé à domicile, à raison de deux séances d'une heure par jour, sans limiter le patient dans ses activités.  

Au Canada, près de 420 000 aînés de 65 ans et plus souffrent de démence, incluant la maladie d'Alzheimer, selon des données publiées par Santé Canada à la mi-août. La Société canadienne de l'Alzheimer avance pour sa part qu'environ 564 000 Canadiens sont atteints d'une maladie cognitive, tous âges confondus.  

Les tests menés par les chercheurs ont fait l'objet d'un article scientifique qui a été publié en septembre dans la publication spécialisée «Journal of Alzheimer's Disease».