/finance/business
Navigation

Transat affectée par la faillite de Thomas Cook

Les deux entreprises avaient un accord de partenariat

Coup d'oeil sur cet article

La faillite de Thomas Cook pourrait faire mal à Transat alors que le voyagiste britannique devait lui prêter pour l’hiver au moins sept Airbus A321.

« Comme vous le savez, l’entente n’est plus d’actualité dans la mesure où Thomas Cook n’existe plus », a fait savoir lundi le porte-parole de Transat A.T., Christophe Hennebelle.

Transat avait conclu en 2017 un partenariat avec Thomas Cook, prévoyant l’échange d’appareils durant la « haute saison » au Canada.

Selon le partenariat, Thomas Cook devait prêter au moins sept avions Airbus A321 de 199 places au voyagiste québécois pour l’aider à assurer des liaisons sur les destinations soleil lors de la période hivernale. Transat devait pour sa part offrir un gros porteur A330.

Les avions de Thomas Cook devaient être disponibles pour Transat à partir du mois de novembre.

La direction de Transat dit être en train de travailler avec le syndic de Thomas Cook pour obtenir les Airbus A321 rapidement.

D’autres scénarios sont à l’étude, comme certains plans de contingence et la location d’appareils auprès d’autres compagnies aériennes.

La direction de Transat n’a pas voulu dire si cette situation aura des impacts directs sur ses résultats financiers.

Gigantesque rapatriement

Le voyagiste Thomas Cook a brutalement fait faillite, tôt lundi matin, contraignant les autorités britanniques à lancer immédiatement un rapatriement hors normes de ses quelque 600 000 clients en vacances dans le monde.

Thomas Cook, qui existait depuis 178 ans, a mis la clé sous la porte du jour au lendemain, après avoir échoué au cours du week-end à trouver les fonds nécessaires pour sa survie.

Les cabinets AlixPartners et KPMG devraient être nommés administrateurs des différentes filiales du groupe.

Thomas Cook devait trouver 200 millions de livres de financement supplémentaire pour valider un plan de sauvetage de 900 millions de livres, mené par le chinois Fosun, premier actionnaire. Des discussions marathons ont eu lieu tout le week-end, en vain. Fosun détient également le Club Med.

- Avec la collaboration d’AFP