/misc
Navigation

La promesse qu'il faut briser

Empty hallway in the school, backpacks and bags on hooks, bright recreation room
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

François Legault se sent investi d’une mission presque divine, celle d’instaurer un nouveau réseau de maternelle 4 ans. Peu importe le coût, peu importe la pénurie d’enseignants, peu importe les écoles qui débordent.   

Le gouvernement n’écoute rien ni personne et se lance dans une aventure à on ne sait plus combien par classe que pratiquement personne n’a réclamée. Les parents voulaient des places en CPE, ils se retrouveront avec un réseau morcelé, mal arrimé.  

Du côté de la CAQ, on nous répond que ce sont des «réseaux complémentaires».   

Pardon? En quoi la mise en place d’un niveau de classes d’UN AN, non obligatoire, sera-t-elle complémentaire? Les parents dont les enfants sont en CPE n’auront aucune raison de se diriger vers la maternelle 4 ans.  

Donc que devons-nous comprendre? Que les maternelles 4 ans s’adressent à ceux qui n’ont pas de place en CPE? Vous trouvez ça acceptable, vous, que des enfants n’aient toujours pas accès à un programme éducatif avant l’âge de 4 ans?   

Va falloir m’expliquer comment avoir une partie des enfants qui n’ont rien jusqu’à quatre ans va améliorer les performances de nos tout petits et faire baisser les troubles d’apprentissage.   

Loto-garderie  

Les services de garde auxquels les parents ont accès à la fin du congé parental sont variables en qualité. Certains trouveront une place dans un milieu de garde privé ou familial très bien, alors que d’autres, et ça a été mon cas durant la première année durant laquelle mon petit bonhomme est allé dans une garderie privée, fréquenteront des milieux de garde sans programme éducatif. Il y avait de nombreux problèmes dans cet établissement, dont un roulement de personnel aggravé par la pénurie de main-d’œuvre actuelle. Mon fils a connu près d’une dizaine d’éducatrices différentes entre l’âge de 9 mois et d’un an et demi. Ce n’est vraiment pas l’idéal pour un jeune enfant qui apprend à se séparer de ses parents. Je vous épargne de nombreuses autres mésaventures dans cette garderie... mais ce fut pénible.  

Notre histoire à nous finit bien, nous avons trouvé une place au CPE qu’avait fréquenté mon plus grand, cet été. Ce sont encore les mêmes éducatrices qu’à l’époque – il y a plus de dix ans. Certaines éducatrices sont là depuis plus de vingt ans! J’ai vraiment l’impression d’avoir gagné à la loterie.  

Mais je suis triste et inquiète en pensant aux enfants qui sont restés dans notre ancienne garderie, sans programme éducatif, avec une éducatrice différente toutes les X semaines... Ces parents-là attendent de gagner à la loterie eux aussi.   

Du pareil au même?  

Je n’ai rien contre les maternelles 4 ans en soi. Je suis certaine qu’un enfant qui le fréquente est très bien pris en charge: des jeux pour apprendre, des compétences à atteindre, etc. Quelques différences du côté des ratios, sur l’organisation plus serrée de l’horaire pour ceux qui entreront à l’école dès l’âge de 4 ans.   

Mon inquiétude est au niveau de notre société, de l’égalité des chances et de la viabilité du réseau.   

J’ai entendu quelques fois l’argument que les enseignants ont des formations universitaires et que nos tout-petits seraient entre de meilleures mains avec des gens plus formés qu’avec des éducatrices qui ont un cours professionnel.   

Je m’excuse, mais j’aime mille fois mieux que TOUS les enfants aient un programme éducatif donné par des éducatrices, plutôt qu’une partie des enfants qui n’ont RIEN, une partie qui ont des éducatrices formées et une autre partie qui soit prise en charge par des diplômés universitaires.    

Sérieusement, ça ne me dérange pas une minute que les éducatrices ne soient pas allées à l’université...   

Pour l’égalité des chances  

En milieu défavorisé, les enfants qui entrent à la maternelle 4 ans n’ont souvent jamais fréquenté un service de garde auparavant, souvent pour des raisons financières. La maternelle répond donc à un besoin. Mais devrait-on plutôt se concentrer à les attraper plus jeunes que 4 ans? Devrait-on plutôt rendre gratuits les services de garde dès l’âge de 2 ou 3 ans pour les enfants issus de familles défavorisées?  

L’intention est bonne, nous voulons tous que notre gouvernement pose des gestes importants afin d’augmenter l’alphabétisation et de lutter contre le décrochage scolaire. J’ai d’ailleurs toujours trouvé complètement fou qu’aucun gouvernement n’en fasse une priorité nationale!  

Mais si François Legault était rationnel par rapport à ce dossier – on ne dirait pas, sérieux –, il aurait soit complété le réseau des CPE pour que tous les enfants aient une chance égale, soit complété le réseau des CPE pour les 0 à 4 ans, puis instauré la maternelle obligatoire pour tous dès 4 ans.   

S’il vous plaît, M. le premier ministre, de grâce, retournez à la table à dessin. On ne vous tiendra pas rigueur d’un ajustement de votre promesse électorale, parce que c’est la chose à faire.  

On a vu pire, ne vous en faites pas!