/news/politics
Navigation

Nadeau-Dubois dit que Legault agit comme un climatosceptique

Coup d'oeil sur cet article

François Legault est au mieux un «climato-passif», au pire un climatosceptique, croit Gabriel Nadeau-Dubois, qui dénonce le bilan caquiste en matière d’environnement.

«M. Legault parle comme quelqu’un qui reconnaît les changements climatiques, mais il pose des gestes qui vont les aggraver», a dénoncé le leader parlementaire de Québec solidaire en conférence de presse, lundi.

«Ça fait presque un an jour pour jour que le Québec est paralysé par l’inaction climatique sous François Legault», a-t-il ajouté. Le parti de gauche promet un blitz environnemental cette semaine avec le dépôt de plusieurs projets de loi, qu’il invite François Legault à appeler.

  • ÉCOUTEZ l’entrevue de l’initiateur du Pacte pour la transition écologique, Dominic Champagne, sur QUB radio:

 

Autre geste symbolique: les députés solidaires feront un don équivalent à une journée de salaire, en soutien aux travailleurs qui vont prendre congé pour manifester vendredi à Montréal.

Climatosceptique

Il n’est pas le seul à se questionner sur les convictions environnementales du premier ministre. En entrevue avec Le Journal de Québec, samedi, le militant et initiateur du Pacte pour la transition, Dominic Champagne a dit maintenant douter que le premier ministre croie réellement aux changements climatiques.

«Ce n’est pas une affirmation gratuite quand je dis: est-ce qu’il est climatosceptique? François Legault, dans ses décisions depuis un an, il se comporte comme un climatosceptique qui ne veut pas apparaître comme un climatosceptique», a-t-il déclaré.

Québec solidaire demande au gouvernement de prendre position contre le projet de GNL Québec et d’abandonner le troisième lien à Québec. Le parti demande également des gestes immédiats pour réduire les émissions de GES du Québec. «François Legault aurait pu suivre l’exemple de l’Ontario, qui n’est quand même pas une république écosocialiste, et investir au moins autant d’argent en transport en commun qu’en infrastructures routières. Il n’a même pas fait ça. Il a continué à investir toujours plus d’argent dans les routes», a déploré M. Nadeau-Dubois.

Si ce n’est pas le cas, le leader parlementaire de QS promet de mettre son «ultimatum 2020». Sans «gestes», Québec solidaire promet un «barrage parlementaire et populaire» contre la CAQ.

Avec la collaboration de Vincent Larin, Agence QMI