/entertainment/music
Navigation

Le chanteur de Shinedown est plus créatif maintenant qu'il est sobre

Il compose maintenant sans être intoxiqué

Shinedown
Photo courtoisie Shinedown a traversé des périodes difficiles, mais tout va pour le mieux maintenant, en particulier depuis que les problèmes de consommation du chanteur Brent Smith (3e) sont derrière lui.

Coup d'oeil sur cet article

En 1890, l’illustre peintre et alcoolique notoire Vincent Van Gogh avait reconnu qu’il avait créé ses plus belles œuvres depuis qu’il avait arrêté de boire. Presque 130 ans plus tard, le chanteur du groupe hard rock américain Shinedown, Brent Smith, en est arrivé au même constat.

Il a quand même fallu qu’un ami, en l’occurrence Eric Bass, le bassiste et producteur du plus récent album du groupe, Attention Attention (2018), le complimente sur la qualité de son travail pour que Smith réalise qu’il créait beaucoup mieux avec les idées claires.

«Quand nous avons terminé la mastérisation de l’album à New York, il m’a invité au restaurant et m’a dit : “Savais-tu que tu as fait tout l’album sobre”? Je n’y avais même pas songé. Il a ajouté qu’à son avis, c’est l’album le plus fort du point de vue des paroles. Pour moi, ça voulait tout dire», a raconté au Journal le chanteur et parolier principal du groupe.

Pendant longtemps, Brent Smith a abusé des drogues et de l’alcool. «Je pensais que je devais être défoncé pour écrire des chansons défoncées, sombres ou profondes», avoue-t-il.

Or, comme le lui ont fait remarquer des amis: «Je suis pas mal plus dangereux quand je suis sobre.»

S’il ne parle que rarement de son combat quotidien contre ses dépendances, Brent Smith en a tout de même fait le sujet de la chanson Monsters, plus récent extrait d’Attention Attention.

«J’y dis que je dois respecter mes dépendances parce que ça ne s’en ira pas. Tout dépend si je les laisse gagner ou pas.»

Un gros show

C’est donc armé de toutes ses facultés cérébrales que Smith s’en vient au Québec avec le reste de son groupe. Et il a une bonne raison d’avoir hâte. Au moment où cette entrevue a été réalisée, le Centre Vidéotron était l’amphithéâtre où Shinedown avait vendu le plus de billets en vue de sa tournée nord-américaine.

«C’est presque à guichets fermés», s’est-il réjoui.

Comme le quatuor ne vient pas souvent au Québec, on en a profité pour demander à Brent Smith à quoi s’attendre. Réponse : À beaucoup.

«De la pyrotechnie massive, des lasers, du feu, des vidéos. On va peut-être aussi apporter des dragons. C’est un show gigantesque que vous allez voir.»

Plus gros que celui de Muse plus tôt cette année ? lui a-t-on demandé.

«C’est un autre genre de gigantisme, disons.»


Shinedown en concert, mardi soir, à la Place Bell de Laval et au Centre Vidéotron, mercredi.