/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Y a-t-il deux sortes de «blackfaces»?

Coup d'oeil sur cet article

Je le dis depuis des années, je le redis aujourd’hui : le blackface est par définition un acte de haine des Noirs, pour les ridiculiser, les humilier. Si un comédien se met du noir ou du brun sur le visage pour jouer/interpréter/imiter/incarner/caricaturer un Noir ou un Arabe, ce n’est pas un blackface, ce n’est pas une forme de noirophobie ou de brunophobie.

Maintenant, une question : pourquoi tous ceux qui criaient au blackface quand c’était Mario Jean, le Rideau Vert ou même Normand Brathwaite trouvent tout d’un coup que « y’a rien là » quand il s’agit de Justin Trudeau ?

JOUER LE JEU

Quand Mario Jean s’est fait reprocher de s’être maquillé en noir pour taquiner Boucar Diouf au gala des Olivier (dans un numéro où il se moquait de plein d’humoristes), j’ai dénoncé les accusations non fondées de «blackface».

Quand le Rideau Vert s’est fait attaquer pour avoir montré un acteur blanc couvert de noir pour jouer P.K. Subban, j’ai dénoncé cette controverse démesurée.

Quand Normand Brathwaite s’est mis du maquillage plus foncé pour incarner François Bugingo au Bye Bye, j’ai dénoncé les accusations complètement disproportionnées de blackface.

Quand Louis Morissette a écrit un texte d’opinion pour dire qu’il avait été « obligé d’engager un comédien noir pour jouer François Bugingo » et qu’il y a eu une pétition qui circulait pour qu’il s’excuse, j’ai pris la défense de Louis Morissette et j’ai re-re-redit que je trouvais toutes ces controverses autour du blackface ridicules.

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

Mon opinion à moi n’a pas changé. Mais les « Offensés du Blackface », eux, me semblent avoir fait un gros 180 degrés face à SuperJustin.

Ce sont les progressistes qui ont décrété que toute forme de maquillage ou déguisement pour incarner quelqu’un d’une autre race était offensante, inacceptable. Mais si tu édictes cette règle, tu l’appliques à tout le monde, non ?

LA LIGUE DE QUI, EXACTEMENT ?

La réaction de la Ligue des Noirs m’a jetée à terre. Ceux qui sont toujours en train de déchirer leur chemise quand il s’agit de faire le début du commencement d’une amorce de commentaire qui touche de près ou de loin une personne ayant la peau un peu foncée.

La Ligue des Noirs dit que l’affaire Trudeau est « une tempête dans un verre d’eau ». Scusez, mais celle-là, elle ne passe pas.

La Ligue des Noirs fait des ouragans, des tsunamis, des cyclones, des tornades, des typhons dans un verre d’eau quand il s’agit de gueuler contre Normand Brathwaite (qu’ils ont déjà traité de bouffon parce qu’il ne se sentait pas représenté par eux)... mais pour Justin Trudeau, ils demandent à tout le monde de se calmer ?

Selon Dan Philip, vu que Trudeau était prof à l’époque en 2001, son maquillage en noir tenait plus « du jeu ».

Justin, prof de théâtre, c’est « du jeu », mais un comédien qui joue au Rideau Vert, ce n’est pas « du jeu » ? Misère, il y a des limites à faire le grand écart intellectuel !

La prochaine fois qu’il y a une controverse comme SLĀV au Québec, je ne me gênerai pas pour dire que c’est « une tempête dans un verre d’eau ». Bien hâte de voir la réaction de certains...