/opinion/blogs/columnists
Navigation

Quand Greta pète une coche

Vous la trouvez craquante ? Je pense qu’elle est sur le bord de craquer.

Quand Greta pète une coche

Coup d'oeil sur cet article

 Il y a trois façons de me rebuter si tu veux me convaincre de quelque chose : 1-me crier après 2- pleurnicher 3-l’hyperbole *. Si tu fais les trois, c’est sûr que je ne t’écoute plus, même si tu as des bons arguments et que tu défends une bonne cause.   

 Hier, à l’ONU, Greta Thunberg a fait les trois. Un discours hargneux, de la colère, de l’agressivité, des larmes dans la voix, des exagérations, la terreur dans ses yeux, le regard anxieux.      

 Par moments, elle me faisait penser au personnage dans Tintin qui se promène en tapant sur une casserole avec une cuillère en bois en criant « La fin du monde est proche ».      

 Trop, c’est comme pas assez. On comprend que Greta voulait marquer les esprits, faire réagir. Mais le ton, misère, le ton !!!!!     

 « Je ne devrais pas être là, je devrais être à l’école, de l’autre côté de l’océan [...] Comment osez-vous ? Vous avez volé mes rêves et mon enfance avec vos paroles creuses. (...)Nous sommes au début d’une extinction de masse, et tout ce dont vous parlez, c’est d’argent, et des contes de fées de croissance économique éternelle ? » (...) « Les yeux des futures générations sont rivés sur vous. » (...) « Si vous décidez de nous laisser tomber [...], nous ne vous pardonnerons jamais. Nous ne vous laisserons pas vous en sortir comme ça. »     

 L’Apocalypse, l’enfer à la fin de vos jours, le rictus, la prophétie de malheur, les trémolos. N’en jetez plus, la cour est pleine !     

 Qu’est-ce qu’il disait encore le prophète Philipulus dans Tintin ? « C’est le châtiment ! Faites pénitence !... La fin des temps est venue! « Tout le monde va périr ! Et les survivants mourront de faim et de froid ! Et ils auront la peste, la rougeole et le choléra !».     

 Contrairement à ma collègue Emmanuelle Latraverse, je ne trouve pas Greta Thunberg « magnifique ». Je la trouve inquiétante. En fait, je suis inquiète pour elle. Cette jeune femme, qui a déjà fait une dépression, est-elle en train de se décomposer sous nos yeux ? La pression sur ses frêles épaules est-elle trop grande ? Contrairement à beaucoup de commentateurs, je ne trouve pas du tout amusant le regard qu’elle jette à Trump sur les images de l’ONU. J’y vois l’image de quelqu’un qui est loin de tout contact avec la réalité, dans un monde manichéen de gentils et de méchants, où l’on fustige les méchants d’un regard menaçant comme si ça allait les faire disparaître.     

 Vous la trouvez craquante ? Je pense qu’elle est sur le bord de craquer. Elle veut qu’on ait peur des changements climatiques ? J’ai peur... pour elle.     

 *Si vous avez quitté l’école à 16 ans ou que vous avez manqué les cours du vendredi, voici la définition de l’hyperbole : « une figure de style qui consiste à créer une exagération et permet d'exprimer un sentiment extrême, de manière à frapper les esprits. »   

  

Ce midi, à Qub Radio, j'ai parlé du discours de Greta Thunberg. À réécouter ici.