/opinion/blogs
Navigation

Faussetés des conservateurs d’Andrew Scheer

Faussetés des conservateurs d’Andrew Scheer
Photo Agence QMI, Joël Lemay

Coup d'oeil sur cet article

Les conservateurs ride again. Comme Donald Trump aux États-Unis, Andrew Scheer et ses conservateurs estiment que tous les moyens sont bons pour reprendre le pouvoir, quitte à jouer sur les mots et la vérité. Scheer fait tout pour donner l'impression que le Parti conservateur est proche du monde ordinaire et n'hésite pas à dire des faussetés pour faire peur aux gens. Et le comble de l’effronterie, c’est de traiter les autres politiciens de menteurs. Un tel comportement est d’ordre structurel dans ce parti politique. Ça manque de sérieux, d’honnêteté, d’éthique et de professionnalisme. Dire que des gens vont, malgré tout, voter pour eux, comme ceux qui, aux States, ont voté pour Donald Trump – même des femmes, des immigrés et des gens à revenus modestes. C’est le comble de l’endoctrinement et de l’intoxication.  

La campagne électorale est en cours depuis peu et j’ai déjà relevé plusieurs énormités larguées par Scheer et compagnie. Je vais les commenter brièvement, car il y en a plusieurs.  

1- Propos d’Andrew Scheer afin de défendre l’industrie agroalimentaire et les gros fermiers de l’Ouest, en s'attaquant au nouveau guide alimentaire: «Je crois sincèrement que le lait au chocolat a sauvé la vie de mon fils.» Voir à ce sujet l’article du Journal de Montréal intitulé: «Le lait au chocolat ne sauve pas des vies».  

Monsieur Scheer préfère s’en remettre à l’opinion de l’industrie plutôt qu'à celle des scientifiques, tout comme Trump et Harper.   

2- Autre déclaration fausse d’Andrew Scheer: «Jusqu’à 95% des Canadiens sont admissibles à l’assurance-médicaments». Propos qu’il a tenus afin de s’opposer à l’instauration d’un régime national d’assurance maladie. Naturellement, pour avancer de telles faussetés, Scheer s’est basé sur une étude produite en 2017 par l’organisation patronale de recherche du Conference Board du Canada, qui a un pied-à-terre à HEC Montréal. Tout le monde sait que le patronat s’oppose à cette initiative qui représente pour la business un marché lucratif. Santé Canada a pour sa part affirmé qu’un citoyen sur cinq n’a pas d’assurance ou a une assurance insuffisante et que ses besoins en matière de médicaments ne sont pas comblés adéquatement, comme signalé dans cet article: «Les Canadiens ne sont pas tous protégés».   

3- À plusieurs reprises, Andrew Scheer s’en est pris au Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières en affirmant, afin d'effrayer le monde, que: «Les Canadiens veulent que le gouvernement canadien, et non pas des entités étrangères, ait le contrôle du système d’immigration».   

Faux. Le Pacte mondial établit un cadre de coopération seulement et est juridiquement non contraignant, comme rapporté dans cet autre article: «Andrew Scheer se fait corriger».   

Il se fait corriger, mais il va continuer... C’est plus fort que lui!  

4- Le Parti conservateur affirme que le Parti libéral du Canada veut instaurer un impôt sur le gain en capital réalisé lors de la vente d’une résidence principale. Ce qui est évidemment faux: «Taxer votre maison? Pas question». De la fabulation à l’état pur.  

5- Celle-ci est très forte. Comme le dit le poète, c’est le «boutte du boutte». Le 11 septembre 2019, Andrew Scheer a affirmé que Justin Trudeau avait augmenté de 80% les taxes et les impôts de la classe moyenne. Pour arriver à ces grossièretés, le Parti conservateur a utilisé une étude fortement biaisée produite en 2017 par le très à droite Institut Fraser, associé à l’Institut économique de Montréal.  

On le sait, Stephen Harper avait autorisé le fractionnement du revenu entre conjoints afin de diminuer leurs impôts, comme il avait augmenté à 10 000$ l’an la contribution autorisée à un CELI, deux mesures fiscales qui profitaient surtout aux gens aisés et qui accroissaient l’iniquité fiscale et les inégalités économiques. Avec raison, Justin Trudeau a aboli le fractionnement du revenu et a ramené à 5500$ la contribution annuelle au CELI. En abolissant la possibilité de fractionner les revenus des couples avec enfants, Scheer prétend que Justin Trudeau a augmenté de 80% les impôts de ces personnes.   

C’est tellement truqué et biaisé, comme étude. Premièrement, ceux qui vivent seuls ne pouvaient pas fractionner leurs revenus, ce qui les défavorisait. Ensuite, la notion de classe moyenne a une définition à géométrie variable. Bien évidemment, pour arriver à ces calculs fantaisistes, l’Institut Fraser a minutieusement sélectionné des couples où le conjoint gagnait beaucoup et sa conjointe peu ou rien du tout. Derrière ce fractionnement du revenu pour les couples se dessine une vieille valeur morale conservatrice de la femme «ménagère» à la maison encouragée par des «stimulants» fiscaux. Comme 40% des Canadiens ne paient pas d’impôt sur le revenu, cette politique fiscale du fractionnement du revenu favorisait qui, selon vous? Choisir les éléments de façon très sélective et éliminer ceux qui ne «conviennent» pas pour par la suite énoncer des généralisations abusives. On connaît trop bien ce refrain.   

L’Institut Fraser a utilisé comme exemple des couples avec enfants qui n’ont plus le droit de fractionner leurs revenus, ce qui supposément augmente de 949$ l’an leur facture d’impôts, tout en leur faisant économiser par contre 228$ grâce à la réduction du deuxième palier d’imposition de 22% à 20,5% instaurée par le Parti libéral. Ce faisant, ledit Institut «scientifique» et son perroquet Andrew Scheer ont oublié dans leurs calculs de prendre en ligne de compte la nouvelle allocation canadienne pour enfants (ACE) non imposable promulguée par Justin Trudeau, qui, selon le ministère des Finances, permet aux couples de réaliser un gain net après impôt de 2001$ en 2019. Pourtant, cette mesure concerne les couples avec enfants. Ledit Institut de recherche Fraser inclut dans ses chiffres l’annulation du droit de fractionner le revenu du couple, mais omet de tenir compte de l’ACE qui a remplacé la Prestation fiscale canadienne pour enfants (PFCE) et la Prestation universelle pour la garde d’enfants (PUGE): «La vérif: les impôts ont-ils augmenté pour les familles de la classe moyenne?» 

Non, tout au contraire, ils ont diminué, n’en déplaise à monsieur Scheer et à ses fake news et «demi-vérités».   

6- Le 11 septembre 2019, à Trois-Rivières, Andrew Scheer, dans le but d’imposer ses oléoducs transportant du pétrole issu des sables bitumineux de l’Alberta, a largué cette autre énormité: «C’est mieux d’avoir du pétrole de l’ouest du Canada que le vrai pétrole sale qui vient de l’Arabie saoudite ou du Venezuela, des pays qui n’ont aucun respect pour les droits de la personne».   

Petit détail: en 2017, le Canada n’a pas importé de pétrole de ces deux pays. Le gros du pétrole consommé au pays venait à 44% du Canada, à 37% des États-Unis et à 11% de l’Algérie. Je demanderais à monsieur Scheer: si ce qu’il dit est vrai, et si cela l’horripile, pourquoi donc le Parti conservateur dirigé alors par Stephen Harper a-t-il vendu pour des milliards de dollars d’armement à l’Arabie saoudite, des armes dont ce pays s'est servi pour tuer les opposants dans son propre territoire et des milliers de personnes au Yémen et à Bahreïn? Est-ce qu’il va, par cohérence, promettre de fermer l’ambassade du Canada en Arabie saoudite, comme il a promis formellement de déménager notre ambassade de Tel-Aviv à Jérusalem (ainsi que les États-Unis l’ont fait avec la leur, mais pas la vaste majorité des pays): «Israël. Scheer déplacerait à Jérusalem l’ambassade du Canada»?  

Comme Trump, les conservateurs ont toujours été des inconditionnels d’Israël, peu importe les actes criminels commis dans ces pays.   

7- Le mardi 17 septembre 2019, la milice conservatrice clamait tout haut que la GRC venait de confirmer que Justin Trudeau faisait l’objet d’une enquête formelle pour l’affaire SNC-Lavalin. Ce qui est, encore une fois, totalement faux: «Scheer accusé de détourner la vérité. Les troupes conservatrices sont montrées du doigt pour avoir colporté des déclarations trompeuses».  

En fait, pas juste des déclarations trompeuses, mais bel et bien des menteries. Si au moins Andrew Scheer ne faisait que «détourner la vérité», ça serait un moindre mal. Mais il fait davantage...  

8- Sur Facebook, une candidate conservatrice de Vancouver montre une photo de l’humoriste anglophone Rick Mercer qui, faussement, demande explicitement aux jeunes de voter pour les conservateurs. Réponse de l’humoriste: «C’est complètement falsifié».  

9- Et Andrew Scheer qui insinue qu’un meurtrier pédophile pourrait immigrer du Royaume-Uni au Canada. Tenir de tels propos dépasse l’entendement. Et si jamais il est élu, ça va être pire.   

10- Et ma dernière... pour l’instant: «Des appels [robotisés] conservateurs illicites».  

Réponse de Scheer: « C’est pas ma faute, je n’ai rien à voir là-dedans»: «Appels automatisés: Scheer rejette le blâme sur l’entreprise». C’est ça, on le croit.