/news/transports
Navigation

François Legault défend le 3e lien comme un projet vert

Les autos électriques pourront y circuler, fait valoir le PM

Le premier ministre François Legault
Photo Simon Clark Le premier ministre François Legault

Coup d'oeil sur cet article

Attaqué par Québec solidaire, le premier ministre François Legault a défendu la pertinence du projet de troisième lien Québec–Lévis en faisant valoir qu’il permettra d’y faire circuler des véhicules électriques.

« Moi, je souhaite que le Québec soit l'endroit au monde où il y a le plus d'autos électriques. Mais pour faire circuler des autos électriques, ça va prendre des routes, ça va prendre des liens », a souligné le premier ministre, lors de la période des questions au Salon bleu.

La chef parlementaire de Québec solidaire, Manon Massé, venait alors de demander à M. Legault d’avouer « que le troisième lien et la crise climatique, ça ne va pas ensemble ».

Le premier ministre a préféré rappeler la « négociation exceptionnelle avec Montréal » menée par son président du Conseil du trésor, Christian Dubé, afin d’assurer le financement du projet de tramway à Québec. Il a du même coup invité Québec solidaire à « arrêter de mettre en opposition » le projet de troisième lien au développement durable.

Du greenwashing

Il n’en fallait pas davantage pour que Mme Massé accuse le gouvernement de faire du greenwashing.

« Quand tu as un projet qui n'est pas pantoute écologique et que, dans le fond, tu le peintures en vert pour qu'il soit écologiquement acceptable, ça s'appelle de l'écoblanchiment, a dit Mme Massé. Et dans le cas du troisième lien, cette couche-là de vert va nous coûter plusieurs milliards de dollars.

Le premier ministre François Legault
Photo Simon Clark

En marge du caucus de l’aile parlementaire gouvernementale, le ministre de l’Environnement, Benoit Charette, a pour sa part présenté le projet de troisième lien comme un outil de développement économique, qui, conséquemment, permettra de faire du développement durable.

Développement durable

« Ce sera un outil de développement économique pour l’Est-du-Québec, a dit M. Charette. Ce sera aussi l’occasion de développer une infrastructure de transport collectif. Donc, oui, pour qu’il y ait développement durable, il doit y avoir développement dans un premier temps. »

« Moi, je ne suis pas Québec solidaire, je ne pense pas qu’on peut imprimer de l’argent », a ajouté M. Charette, en accusant les solidaires d’essayer de faire de la « récupération politique » en opposant le troisième lien à l’environnement.

« Il y aura du transport en commun dans ce futur tunnel Québec–Lévis », a indiqué de son côté le ministre des Transports, François Bonnardel, en réitérant que ce sera dorénavant la norme pour chaque nouvelle route ou projet d’élargissement au Québec.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Ce qu'il a dit :

« Les gens qui me connaissent savent que je suis quelqu’un qui est orienté sur les résultats, je suis quelqu’un de pragmatique. Je ne suis pas un pelleteux de nuages. »

« Même si Québec solidaire a quelques députés dans les grandes villes en région, ils ne semblent pas comprendre la réalité des régions. » — François Legault