/news/provincial
Navigation

Jean Rousseau veut plus de véhicules électriques

Jean Rousseau veut plus de véhicules électriques
PHOTO D'ARCHIVES, AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Le conseiller Jean Rousseau demande que la Ville remplace progressivement ses autobus et sa flotte motorisée par des véhicules électriques et qu’elle accélère l’installation d’un réseau de bornes de recharge.

M. Rousseau a fait une sortie, jeudi, à la veille de la Marche pour le climat. Il estime qu’il est temps pour la Ville de Québec de passer à l’action pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre (GES). Pour lui, le maire de Québec, Régis Labeaume, doit en faire davantage, et ce, plus rapidement.

«Le transport correspond à 40% des gaz à effet de serre émis au Québec, ville de Québec incluse», a-t-il souligné.

Au Réseau de transport de la capitale (RTC), on est «en retard» sur l’électrification des autobus, estime-t-il. «Je demande au maire d’accélérer le processus, a-t-il indiqué. Il faut qu’on soit beaucoup plus ambitieux dans notre programme de transport en commun en ce qui concerne les véhicules électriques.»

Même chose pour la flotte de véhicules municipaux, composée de plus de 1000 véhicules. M. Rousseau croit qu’on doit en venir graduellement à remplacer chacun d’entre eux par des véhicules électriques.

Le conseiller de Cap-aux-Diamants demande aussi que la Ville se penche sur la présence envahissante des bus touristiques au diésel dans le Vieux-Québec. Selon lui, on devrait les interdire et mettre en place des navettes électriques qui assureraient les déplacements des touristes et qui désengorgeraient le quartier historique. «Ultimement, tous les véhicules utilitaires et taxis circulant dans le Vieux-Québec devraient être électriques», a-t-il insisté.

Cela suppose un autre enjeu: le réseau de bornes de recharges doit s’adapter, précise-t-il. «C’est le grand défi qui nous guette. L’électrification doit venir avec un système de bornes de recharge. Il n’y a rien qui se passe. On n’est pas du tout au courant des intentions de la Ville à ce sujet», a-t-il soutenu.

Il propose aussi, à l’image de ce qui se fait sur la côte ouest, que des installations de recharge électrique des navires de croisière soient aménagées au port de Québec. Pour lui, c’est l’occasion de le faire. «On va investir 30 M$ dans un nouveau terminal de croisière, dont 5 M$ de la Ville de Québec», a-t-il expliqué.