/opinion/columnists
Navigation

Un tunnel vert, vraiment?

Coup d'oeil sur cet article

On pourrait croire que toutes les sottises ont été dites à propos du troisième lien, au sein du gouvernement caquiste, dans l’espoir de justifier le projet. Mais non.

Après François Legault, qui en a parlé comme d’un projet bon pour l’environnement, le ministre François Bonnardel a tenté de justifier le troisième lien, au printemps dernier, en décrétant qu’à peu près tout le territoire de Québec et de Lévis se trouvait à l’est.

Cette semaine, c’était au tour du ministre de l’Environnement, Benoit Charette, de débiter des sornettes. Selon lui, il s’agit d’un projet qui sert le développement durable, car il permettra de développer du transport collectif.

On s’attendrait à mieux de la part d’un ministre de l’Environnement, qui devrait à tout le moins connaître la signification du développement durable, telle qu’énoncée dans le rapport Brundtland en 1987. On y parle d’un « développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs ».

Quand on sait que la congestion routière ne fait qu’augmenter, en ajoutant des liens routiers encourageant l’utilisation de l’automobile et l’étalement urbain, on se demande bien ici quel service sera rendu aux générations futures...

Acceptabilité sociale

Mais il y a plus. La notion de développement durable ne doit pas occulter les références plus larges à la soutenabilité ou à l’acceptabilité sociale qu’elle porte, écrivent l’économiste Florent Griffon et l’agronome Michel Griffon dans L’homme viable, ouvrage qui a fait école.

N’en déplaise au ministre, il existe un lien très fort, et prouvé scientifiquement, entre pollution automobile et gaz à effet de serre. Et même si le Québec se classe mieux que d’autres provinces, le Canada offre l’une des pires performances au monde en termes d’émissions de GES per capita.

Si le ministre se renseignait, il saurait qu’un consensus se forme entre scientifiques sur les grandes orientations et les changements nécessaires.

« Si nous voulons soutenir un progrès économique durable, il nous faut remplacer notre économie actuelle, fondée sur les énergies fossiles, l’automobile et le gaspillage des ressources, par un nouveau modèle économique », a écrit Lester R. Brown, agroéconomiste réputé et pionnier de la recherche sur le développement durable.

Transport en commun

Le gouvernement caquiste aura beau essayer de justifier son projet en y accolant des voies réservées, il reste que pour faire une différence et attirer les utilisateurs, les secteurs achalandés doivent être ciblés pour le transport en commun. C’est loin d’être le cas dans l’est de Lévis. Et d’après l’étude origine-destination, les utilisateurs qui emprunteront le troisième lien du nord vers le sud seront très peu nombreux.

Même s’il parle à tort et à travers, M. Charette se permet de faire la morale à l’opposition et à un journaliste qui, selon lui, ne connaissent pas le dossier. Il devrait commencer par faire au minimum ses devoirs à titre de ministre de l’Environnement.

Voilà de quoi méditer pour lui, pendant qu’il usera ses chaussures à la marche pour le climat aujourd’hui.