/entertainment/shows
Navigation

«Carmina Burana»: la force du nombre

«Carmina Burana»: la force du nombre
MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Élégance, splendeur et précision sont des aspects de la danse que le public pourra apprécier en assistant à l'opéra «Carmina Burana» développé par les Grands Ballets, actuellement en répétitions. Mais surtout, les spectateurs seront témoins d'une grande unité sur scène, à compter de jeudi, à la Salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts, à Montréal. 

Plus de 20 ans après s'être immiscé dans l'univers du classique «Carmina Burana», la célèbre troupe y plonge à nouveau, cette fois grâce au chorégraphe Edward Clug, avec de nombreux danseurs, un grand orchestre et un large choeur en prestation. 

Maude Sabourin et James Lyttle
Photo Agence QMI, Mario Beauregard
Maude Sabourin et James Lyttle

Unité 

Conscient que les gens ont de fortes images qui accompagnent cette musique, Edward Clug tenait à respecter l'esprit de majesté qui se dégage de l'oeuvre, tout en trouvant sa voix. Après plusieurs écoutes, il a mis le doigt sur ce qui allait créer de solides liens entre les danseurs. 

Edward Clug et Maude Sabourin
Photo Agence QMI, Mario Beauregard
Edward Clug et Maude Sabourin

«J'ai compris que le cercle devait inévitablement être l'élément essentiel, que le rituel allait créer des cycles, a expliqué Edward Clug. Les paroles et le texte décrivent l'éveil des émotions, le besoin de se rassembler, de l'amour qu'il y a dans l'air, de la passion et du désir des jeunes hommes et femmes.» 

C'est ainsi que la troupe de 36 danseurs – composée à parts égales d'hommes et de femmes – deviendra une entité. 

«Ce que les gens vont voir, ce n'est pas un danseur qui habitera l'espace, mais plusieurs personnes travaillant ensemble dans un vaste espace», a confié le danseur Nick Jones. 

Nick Jones
Photo Agence QMI, Mario Beauregard
Nick Jones

Ce travail collectif représente autant un défi qu'une stimulation pour les artistes. «Nous devons être parfaitement ensemble... Ce que le public veut voir et ce que nous voulons lui offrir est cette image d'unité», a-t-il ajouté. 

Pour la danseuse Maude Lapointe, cette collaboration est très importante. «C'est intéressant d'attaquer ça en tant que processus créatif, parce que c'est une page blanche qu'on écrit tous ensemble, quelque chose qui se rajoute dans notre répertoire, qui est nouveau et actuel, avec une pièce classique du répertoire musical.» 

Intimité et accessible 

L'unicité que développe jour après jour l'équipe de «Carmina Burana» se reflète dans le ton du spectacle. «Je crois que nous avons réussi – et j'en suis très surpris – à faire de la pièce une œuvre assez intime, malgré le grand nombre de gens. C'est un aspect spécial», s'est réjoui Edward Clug. 

«Carmina Burana»: la force du nombre
Photo Agence QMI, Mario Beauregard

Si la musique a déjà résonné chez de nombreux individus, tous les gens peuvent apprécier le projet des Grand Ballets, selon le chorégraphe. 

«Je crois assurément que c'est pour tout le monde. Même les gens qui n'ont jamais vu de la danse ou qui n'apprécient pas la danse ne resteraient pas passifs. Je suis convaincu qu'il y a quelque chose qui va s'éveiller en eux parce ce que l'aspect théâtral de la pièce est essentiel pour moi.» 

Même son de cloche du côté de la danseuse Maude Sabourin qui croit «impossible que le public ne s'y retrouve pas». 

«Carmina Burana»: la force du nombre
Photo Agence QMI, Mario Beauregard

«J'aime penser que la danse c'est rassembleur, qu'elle est accessible à tout public. Je pense que la musique est puissante et qu'elle fera ressentir les émotions à tout le monde. On va avoir un choeur "live", un orchestre "live"; ça va être énorme.» 

L'oeuvre «Carmina Burana» des Grands Ballets est présentée en duo avec la création «Stabat MATER» jusqu'au 19 octobre à Montréal. Pour les billets: placedesarts.com. 

 

«Carmina Burana» en chiffres:  

  • 36 danseurs (18 hommes, 18 femmes) 
  • 70 musiciens 
  • 40 choristes 
  • 3 chanteurs solistes 
  • une durée approximative de 50 minutes 
  • une première en 21 ans pour les Grands Ballets