/sports/hockey/canadiens
Navigation

Les conjointes des joueurs du CH aident les démunis

Impliquées dans la collecte d’argent et de denrées au profit de Moisson Montréal

Coup d'oeil sur cet article

Des conjointes de joueurs du Canadien ont donné de leur temps à la collecte d’argent et de denrées annuelle de l’équipe au profit de Moisson Montréal, samedi. 

Les femmes, dont la conjointe du gardien de but Carey Price, Angela Price, sont arrivées deux heures avant le début du dernier match préparatoire opposant les Canadiens aux Sénateurs d’Ottawa. 

Accompagnées de bénévoles, elles se sont promenées à travers les partisans à l’extérieur, faisant sonner les banques de dons. 

Robert Cousineau, de Sainte-Thérèse, n’a pas hésité à y glisser un peu d’argent. 

«Il y a vraiment des gens qui en ont besoin, et pas juste au mois de décembre, ils en ont besoin toute l’année», a dit le retraité qui se considère comme privilégié. 

Mieux en septembre 

Habituellement, cette collecte se tient en mars, mais le CH jugeait qu’il était préférable de faire l’événement en septembre. 

«Au retour des vacances, à la rentrée scolaire, il y a beaucoup de familles qui sont dans le besoin, qui ont des dépenses assez importantes en septembre, entre autres pour les fournitures scolaires», a expliqué la gestionnaire en communication et marketing pour la Fondation des Canadiens pour l’enfance, Justine Masse. 

La directrice du développement philanthropique et des communications pour Moisson Montréal, Maggie Borowiec, rappelle que trop souvent les gens oublient que les besoins sont criants à l’année. 

«Quand nous demandons à nos organismes si l’on répond pleinement à leurs besoins, ils nous disent que, malheureusement, non», a-t-elle expliqué. 

Des milliers de demandes 

Moisson Montréal répond à 69 % des besoins des 257 organismes bénéficiaires, qui eux reçoivent un total de 640 000 demandes d’aide par mois, seulement sur l’île de Montréal, selon un sondage de l’organisme. 

Les denrées non périssables se sont accumulées doucement sur la table, au bruit des cannettes de monnaie. 

Nancy Lessard, de Montréal, y a déposé du riz. 

«Je travaille pour la Commission scolaire de Montréal avec des enfants dans un milieu défavorisé. Pour moi, c’est juste normal», a-t-elle dit. 

La dernière collecte avait permis de distribuer 338 kilos de nourriture et une valeur de 17 645 $ en denrées.