/sports/hockey/canadiens
Navigation

L’heure est aux délibérations chez le Canadien

Claude Julien
Photo d'archives, Martin Chevalier Claude Julien

Coup d'oeil sur cet article

Le calendrier préparatoire est maintenant derrière nous. Enfin ! diront certains, avec raison. Claude Julien et ses adjoints se réuniront au cours des prochaines heures pour prendre les dernières décisions. Les 31 équipes ont jusqu’à mardi à 17 heures pour faire connaître leur formation de 23 joueurs qui amorceront la saison. 

L’état-major du Canadien se penchera sans doute en premier lieu sur le sort qu’il réservera à Nick Suzuki. De la façon dont l’Ontarien s’est comporté au cours du camp, la délibération ne devrait pas s’éterniser. 

«Il a bien joué. Il a démontré qu’il veut amorcer la saison ici», a reconnu l’entraîneur-chef du Canadien. 

Poehling et Fleury : satisfaisant 

Le Franco-Ontarien a également eu de bons mots pour Ryan Poehling, qui disputait un premier match depuis la commotion cérébrale qu’il a subie à Bathurst. 

«Il a connu un bon match, ce soir [samedi]. Il continue à démontrer sa valeur. Pour un gars qui n’avait pas joué depuis une semaine, il s’est bien repris», a-t-il souligné. 

À l’instar de Cale Fleury, qui a également disputé un solide match, Suzuki et Poehling n’ont pas besoin de passer par le ballottage avant d’être renvoyés à Laval. Si Julien souhaite les garder à Montréal, il devra se croiser les doigts et souhaiter que l’une des 30 autres formations ne réclame pas un vétéran qui sera cédé au Rocket. 

Dans la business de la LNH, le talent n’est pas tout quand vient le temps d’effectuer les dernières coupures. 

«C’est le genre de discussions que nous aurons au cours des prochains jours. C’est la raison pour laquelle nous ne rendons pas de décisions ce soir [samedi], nous devons évaluer tous les critères», a-t-il indiqué. 

La bicyclette de Danault 

Le Canadien termine son calendrier préparatoire avec un dossier de 5-2. Toutefois, il aura fallu attendre la toute dernière sortie pour voir les vétérans afficher leur forme de saison régulière. 

«Il ne faut pas mettre trop de pression en partant sur les vétérans. C’est normal que le départ ne soit pas aussi intense que les jeunes qui poussent. Mais puisque les kids ont poussé, ça nous a poussés», a déclaré Phillip Danault, auteur d’un but et une passe. 

D’ailleurs, Danault, Tomas Tatar et Brendan Gallagher étaient réunis pour la première fois. Ils n’ont pas mis de temps à retrouver leur chimie. 

«On s’est retrouvés rapidement. C’est comme la bicyclette, ça ne se perd pas. On l’a démontré ce soir [samedi]. On a mis quelques gouttes de WD-40», a lancé le Québécois.