/weekend
Navigation

«Le Début des petites étincelles» d'Amy Lachapelle: recommencer ailleurs, autrement

Amy Lachapelle
Photo courtoisie, Serge Gouin Amy Lachapelle

Coup d'oeil sur cet article

Est-ce possible de tout recommencer après avoir mis sa vie en veilleuse pendant trop longtemps? La talentueuse romancière Amy Lachapelle, bien connue pour ses romans jeunesse, y répond à sa façon dans son nouveau roman pour adultes, Le Début des petites étincelles. Savoureux, émouvant, il raconte le parcours d’une trentenaire qui quitte sa région natale pour recommencer ailleurs, après un échec amoureux.

Quête de soi, découverte et redécouverte de ses passions, de ses buts, famille, amis, liens amoureux : à travers le personnage de Roxane, Amy Lachapelle explore ces thèmes qui trouveront écho chez beaucoup de gens dans un roman plein de vie et d’espoir.

Un matin, Roxane apprend que son amoureux de longue date, Mathieu, met les voiles. Elle prend alors une décision qui surprend tout son entourage : elle décide de plier bagage avec sa fille adolescente.

Son plan – rouler vers Montréal et s’y installer – tourne à l’imprévu lorsque sa fille décide de rester avec son père.

Roxane va tout de même de l’avant, sortant de sa zone de confort pour découvrir la vie en ville. L’aventure n’est pas de tout repos, et elle doit s’adapter à sa nouvelle existence urbaine, en prenant le temps de se redécouvrir elle‐même.

Zone de confort

Toi et moi ça fait six, son premier roman adulte, était très collé sur son expérience personnelle, et Amy avait vraiment envie d’aller ailleurs pour écrire son nouveau roman.

«Quand tu viens d’une petite région, tu es habituée à ta zone de confort, et le niveau de stress est souvent plus bas qu’en ville», explique l’auteure, qui avait quitté le Témiscamingue pour ses études.

<i>Le début des petites étincelles</i><br />
Amy Lachapelle<br />
Éditions Libre Expression<br />
280 pages
Photo courtoisie, Éditions Libre Expression
Le début des petites étincelles
Amy Lachapelle
Éditions Libre Expression
280 pages

«Quelqu’un qui décide d’aller s’installer dans un grand centre, du jour au lendemain, va vivre un clash, va avoir des incertitudes et va se mettre en danger. C’est là que l’histoire est née, dans ma tête.»

Elle a imaginé une héroïne qui a eu son premier enfant jeune, qui a toujours vécu dans son Témiscamingue natal, et qui vit une rupture amoureuse.

«Elle se rend compte que toute sa vie – tout ce qu’elle avait créé – était montée autour de son ex. Elle n’avait jamais pris de risques, n’avait pas fait grand-chose pour elle et s’était laissée aller un peu dans la vibe de la routine.»

Le jour où Mathieu la laisse, elle décide de se botter les fesses et de sortir de sa zone de confort. «Pour elle, se mettre en danger, c’est partir vers la grande ville.»

Quand tout éclate

Amy Lachapelle a observé que bien des gens, vers la fin de la trentaine et le début de la quarantaine, vivent des ruptures brutales.

«Ces gens réalisent qu’ils ont passé une partie de leur vie à s’investir dans une espèce de coquille – la maison, les enfants, le chum, le char. Et parfois, tout éclate. Et quand tu te sépares, tu te demandes, je suis qui, moi? Roxane est un peu à la case départ parce qu’elle ne sait pas comment se définir et se cherche vraiment.»

De plus, Roxane ne s’est pas épanouie professionnellement. Son ex, pilier de son existence, n’est plus là. Sa fille, ado, se prépare à prendre son envol et à vivre sa vie. Elle doit se retrouver elle‐même.

«Se mettre en danger est un thème intéressant à aborder parce qu’il touche beaucoup de monde. Ce que vit Roxane, je ne l’ai pas vécu, mais c’est facile d’aller­­­ chercher de l’inspiration.»


♦ Amy Lachapelle vient du Témiscamingue et habite à Petawawa en Ontario.