/news/green
Navigation

Couper plus de forêts... pour réduire les GES!

L’annonce de Québec de lundi inquiète les environnementalistes

Le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Pierre Dufour, lors de l’annonce de lundi, à Québec, au Manège militaire.
Photo Simon Clark Le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Pierre Dufour, lors de l’annonce de lundi, à Québec, au Manège militaire.

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement Legault veut augmenter les coupes forestières pour réduire les émissions de GES, une décision contestée par les environnementalistes.

«Si on plante juste les arbres, un moment donné tu vas avoir un effet inverse, la forêt ne fait plus son travail de captage de gaz à effet de serre», a expliqué le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Pierre Dufour, lundi, en marge d’une conférence de presse où il annonçait la nouvelle vision forestière du Québec.

Québec veut donc augmenter significativement les volumes de bois récoltés au Québec dans les prochaines années et estime que cette politique va permettre de capter davantage de GES, puisque de nouveaux arbres vont repousser. «En principe, c’est ce que nos spécialistes nous disent.»

M. Dufour cite en exemple les «arbres cassés» et mal en point qu’on aperçoit sur le bord des routes. «Quand ton arbre casse, quand il n’est plus en santé, ça devient un émetteur de carbone, il ne capte plus de GES», a indiqué M. Dufour. Même chose pour les arbres qui sont atteints de maladies, comme la tordeuse de l’épinette. Il veut également mettre à jour la Charte du bois pour augmenter son usage dans la construction.

En soirée, le cabinet du ministre a chiffré les réductions potentielles à l’équivalent de 8 Mt de GES par année à partir de 2030. Un groupe de travail supervisé par un centre de recherche privé, financé par l’industrie forestière, est en train de valider ces chiffres, a-t-on précisé.

Argument critiqué

Cet argument est vertement critiqué par la Société pour la nature et les parcs, qui estime que le ministre va trop loin.

Dans un rapport récent, elle affirmait plutôt que la foresterie émet de grandes quantités de carbone dans l’atmosphère, perturbe les habitats naturels et empêche la séquestration future du carbone. Elle estime qu’il ne prend pas assez en compte la fragilité des habitats d’espèces en voie de disparition, comme le caribou forestier.

Le professeur Luc Bouthillier, de l’Université Laval, estime que les calculs du ministre sont trop simples : il ne suffit pas de couper les arbres, il faut les utiliser en construction pour remplacer du béton ou de l’acier, ce qui n’est pas chose faite. Il faut également éviter d'aller les chercher dans le moyen-nord, à plusieurs centaines de kilomètre des scieries.

Pour sa part, Greenpeace qualifie d’inquiétante l’annonce du ministre «Le gouvernement menace de dégrader davantage les forêts du Québec et les habitats des espèces en voie de disparition et pourrait réduire considérablement le stockage du carbone en forêt», a dénoncé son porte-parole Patrick Bonin.

La politique annoncée par le ministre Dufour propose plus de souplesse aux entreprises : les volumes de bois disponibles seront augmentés. Dès l’an prochain, les volumes disponibles passeront de 10 millions de mètres cubes à 11 millions, a dit le ministre. Dans les prochaines années, Québec promet plus de prévisibilité aux entreprises.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.