/opinion/columnists
Navigation

Trudeau toujours le vainqueur

Coup d'oeil sur cet article

Justin Trudeau a réussi à avoir sa photo avec l’égérie de l’environnement. En campagne électorale, cela est utile.

Lors de la rencontre avec le premier ministre, Greta lui a déclaré qu’il en faisait trop peu pour défendre la planète, et il a répondu qu’elle avait raison.

Avant la manifestation de vendredi à Montréal, des centaines de militants libéraux avaient été convoqués pour entourer le premier ministre déjà protégé par un très important dispositif de sécurité.

Un homme qui lui a lancé des œufs a été mis hors d’état de nuire, mais le fils aîné de Trudeau a paniqué, ce qui a permis à son père de le rassurer. Conclusion ? Justin est un père attentif, et cela s’est su. Le fils de PET aime exposer ses enfants en public. Dans les défilés gais, sur les lieux des inondations et en Inde, évidemment. Il suit donc les traces de son flamboyant père.

Discrétion

Greta, qui a utilisé devant les dirigeants de l’ONU l’expression « How dare you ! » a été plus réservée après sa rencontre avec Justin Trudeau dont les images ont fait le tour du monde. L’adolescente a même déclaré que le premier ministre était un homme fort occupé. Il aurait donc échappé à sa vindicte ?

Découvrez À haute voix, une série balado sur les enjeux de la société québécoise contemporaine, par Denise Bombardier.

Justin Trudeau doit idolâtrer Greta, la personne la plus médiatisée de la terre – son rêve à lui, de toute évidence. Après la rencontre, il a annoncé la plantation de deux milliards d’arbres en dix ans.

Donc une augmentation de 33 %. Mais Justin Trudeau sait emballer les promesses. C’est là une de ses qualités reconnues. Et l’on peut en féliciter ses stratèges.

Reste le pipeline Trans Mountain, un os dont on saura au soir du scrutin s’il est demeuré dans la gorge du premier ministre. Ou si ce sont les électeurs qui vont avaler des couleuvres.