/news/consumer
Navigation

Un village du Lac-Saint-Jean perd son seul dépanneur

Coup d'oeil sur cet article

LAMARCHE – Le seul dépanneur de la petite municipalité de Lamarche, au Lac-Saint-Jean, a fermé ses portes dans les derniers jours. 

Ce faisant, Lamarche se retrouve sans dépanneur et sans station-service pour la première fois de son histoire. 

Devant les difficultés financières, le propriétaire du commerce a décidé de mettre la clé sous la porte. Joint par TVA Nouvelles, il a refusé de commenter à la caméra, mais a tout de même confirmé avoir enclenché le processus de faillite. 

Les quelque 483 citoyens de la municipalité sont découragés. 

«C'est une grosse perte, très grosse perte... J'ai une auto, mais elle est brisée. Au dépanneur, j'y allais quasiment tous les jours. C'est dur... On a besoin d'un dépanneur ici. Sinon, je pense qu'il y a beaucoup de personnes qui vont partir», a affirmé Fabien Tremblay, un citoyen rencontré par TVA Nouvelles. 

«Ça nous fait quelque chose parce que le dépanneur, c'est le coeur du village», a indiqué Magella Guérin, une citoyenne qui a toujours demeuré à Lamarche. 

Pour l'une des premières fois, Mme Guérin est attristée en pensant à l'avenir de sa communauté. 

«On ne veut pas que ça ferme. On veut que ça continue. On n'a pu de restaurant. On n'a pu rien...», s'est-elle désolé. 

Désormais, les Lamarchois doivent se rendre dans la municipalité voisine de Labrecque, à une quinzaine de kilomètres, pour mettre de l'essence dans leur véhicule ou se procurer une pinte de lait. 

La population de Lamarche n'est pas la seule à vivre une telle perte. Les défis sont immenses pour plusieurs villages au Saguenay–Lac-Saint-Jean. Il est de plus en plus difficile pour un commerce de survivre dans une petite localité. 

La municipalité de Bégin, au Saguenay, a perdu son dernier dépanneur il y a quelques mois, tandis qu'à Saint-Nazaire, la seule épicerie a également fermé ses portes l'an dernier.