/news/transports
Navigation

La direction du RTC reconnaît un problème à Saint-Augustin

La direction du RTC reconnaît un problème à Saint-Augustin
Photo Jean-François Racine

Coup d'oeil sur cet article

Après des mois de protestation, des dizaines de citoyens du quartier Les Bocages, à Saint-Augustin-de-Desmaures, ont obtenu des réponses «satisfaisantes» du RTC qui songe à rétablir le parcours express aboli il y a quelques semaines.

Dès le mois de mai dernier, plusieurs d’entre eux ont commencé à exprimer leur mécontentement au sujet de la «diminution de services» du RTC dans leur secteur.

Au fil des semaines, une foule d’utilisateurs de longue date du transport en commun s’est déplacée pour exprimer ses frustrations lors des séances du conseil d’administration. Le mouvement de contestation n’a pas diminué puisque récemment, quelque 158 commentaires et plaintes ont été acheminés au RTC.

Trop long

À compter d’août 2019, le RTC a choisi d’abolir le trajet express 295, proposant aux utilisateurs le parcours 94 modifié. Depuis, les étudiants sont mieux servis, mais les travailleurs en direction de la colline parlementaire sont furieux en raison de la longueur du trajet matin et soir. Une partie de cette clientèle a tout simplement abandonné le transport en commun.

«Je dois me confesser, j’ai recommencé à utiliser ma voiture. En effet, les changements apportés au 94 en remplacement du 295 dans le secteur des Bocages sont totalement intolérables», a notamment expliqué Héloïse Bastien.

«Au retour, c’est souvent plus qu’une heure et ils veulent encore rallonger ça», avait aussi expliqué Félix Meisels.

La Ville de Saint-Augustin a également demandé au Réseau de transport de la Capitale (RTC) de revoir la desserte du secteur des Bocages.

Avec la direction

Les efforts des utilisateurs ont porté leurs fruits puisque le RTC a organisé une rencontre d’information hier soir. Près d’une centaine de citoyens ont assisté à la réunion. Le RTC a fait son mea culpa en promettant des solutions, notamment un lien direct vers la colline. La période d’essai de trois mois a été jugée trop longue par les dirigeants.

«On va recommander au conseil d’administration de redonner un parcours express. On a du travail à faire. Je demande votre patience. Notre but est de vous satisfaire. On va revenir à quelque chose d’acceptable», a affirmé le directeur général Alain Mercier.

Ce dernier fait toutefois face à un obstacle de taille. Le nombre d’autobus disponibles ne sera pas plus élevé sur la route avant le printemps 2020 et la pénurie de chauffeurs est bien réelle.

La majorité des citoyens présents ont néanmoins exprimé leur satisfaction devant la volonté de changement du RTC.