/advertorial
Navigation

Profession : aider les gens, sauver des vies

Profession : aider les gens, sauver des vies

Coup d'oeil sur cet article

On a l’habitude de les appeler des ambulanciers, mais le nom exact de la profession est paramédic. Ils sont toujours là quand on a besoin d’eux, dans les moments de détresse. Et pourtant, les paramédics sont un peu comme des héros méconnus. Aussi est-il venu le temps de leur donner toute la lumière qu’ils méritent.

Pourquoi paramédic? « Parce que la profession a énormément changé, explique Pascal Rivard, paramédic et président de la Coopérative des techniciens ambulanciers du Québec (CTAQ). Du conducteur de véhicule qui transportait les malades, il y a 40 ans, le métier exige désormais des connaissances spécifiques en soins d’urgence, une formation collégiale rigoureuse et un savoir-faire indéniable. Aujourd’hui, le paramédic prend carrément la personne blessée ou en détresse en charge sur le plan des soins à prodiguer, jusqu’à ce que le personnel hospitalier prenne le relais. On est donc bien loin du simple transport! »

Étrangement, les paramédics sont moins connus du grand public que ne le sont, par exemple, les policiers et les pompiers. « Tout le monde connait nos véhicules jaunes, il n’y a aucun doute. Mais, on dirait que nous sommes plus discrets, explique Pascal Rivard. On arrive sur les lieux, on fait notre travail et on repart avec le patient. Nos interventions peuvent ainsi passer presque inaperçues, curieusement. »

« Les gens connaissent peu notre métier, ce qu’on fait, reconnait Andréanne Laplante, paramédic à Québec. Tous les protocoles et les règles que l’on doit suivre, les contraintes, le maintien des compétences, sans oublier qu’en plus du patient, il faut s’occuper de la famille, des gens autour. C’est un métier qui comporte plein de défis très variés et très stimulants, en fait! »

« À nous voir travailler dans l’urgence, parfois, on peut penser que c’est machinal, que les émotions sont exclues, explique Éric Fortin, superviseur à Saguenay. Ce qu’on ne sait pas, c’est que les paramédics sont des gens sensibles, préoccupés par le sort de leur prochain. Aussi, il faut savoir compartimenter nos émotions et nos réactions, pour pouvoir faire ce travail de manière efficace. On a peut-être, les métiers d’urgence, une image de superhéros. Mais, il faut savoir prendre soin de nous aussi. Et ça, on le fait à la CTAQ. C’est important. »

Le métier est encore méconnu, mais cette discrétion n’empêche toutefois pas de reconnaitre franchement l’indispensable contribution des paramédics pour assurer la santé et la sécurité de la population. Ils sont fidèles au poste, 24 h sur 24, beau temps, mauvais temps. Ce métier, Éric Fortin l’apprécie comme au premier jour : « ce qui est très motivant, c'est cette possibilité, au quotidien, de faire une grande différence dans la vie de quelqu'un. Ajoutez à ça l'esprit de camaraderie qui règne ici et l’absence de routine et on comprend pourquoi c’est si inspirant! »

Ainsi, pour résumer la profession des paramédics : aider les gens et sauver des vies. Simple et rassurant à la fois!