/sports/hockey
Navigation

Le sarcasme d’un grand frère

Haydn Fleury attend Cale de pied ferme

Haydn Fleury
Photo d'archives, AFP Haydn Fleury

Coup d'oeil sur cet article

RALEIGH | La famille Fleury vivra un grand moment, jeudi soir, alors que Cale fera ses débuts dans l’uniforme du Canadien en affrontant Haydn, trois ans plus vieux que lui. Et en grand frère qui se respecte, Haydn n’a pas tardé à mettre la table pour cette confrontation.

« Ce sera une journée spéciale pour deux enfants qui jouaient dans la cour arrière de la maison d’une petite ville. Je me souviens que j’avais souvent le dessus lors de ces matchs. Il y a eu des larmes. Oh oui ! Beaucoup de larmes », a lancé le défenseur de 23 ans, sourire en coin.

Jeudi soir, c’est dans les gradins qu’il risque d’y avoir quelques larmes. Papa, maman, quelques oncles et tantes ont fait le voyage depuis Calgary pour assister à cette rencontre.

Même à l’époque où les deux évoluaient dans les rangs juniors, Haydn avait souvent le dessus. À 14 reprises, les Rebels de Red Deer de Haydn et le Ice de Kootenay de Cale se sont affrontés. Les Rebels l’ont emporté 11 fois.

« Souvent, c’étaient des matchs à sens unique. »

Il faut dire qu’en 2015-2016, le Ice avait connu une saison atroce en ne savourant que 11 victoires.

« Cale m’a déjà renversé devant son filet. Il m’avait bien eu », a raconté l’aîné dans un court moment de sympathie.

« Je n’ai pas oublié », s’est-il empressé d’ajouter d’un ton bon enfant.

En quête d’un premier but

Haydn raconte que de farouches luttes ont parsemé la jeunesse des deux garçons. Pas surprenant que Cale ait raconté, la veille du départ du Canadien pour Raleigh, que son grand frère avait été son plus rude compétiteur, le forçant du même coup à se surpasser.

« Tous ceux qui connaissent ma famille savent que nous sommes des personnes très intenses. Parfois, ça prenait des proportions un peu exagérées », a convenu Haydn.

« On a suivi le même parcours. J’ai joué à Notre Dame pendant deux saisons, il l’a fait par la suite. On a joué tous les deux dans la Ligue de l’Ouest à 16 ans, on a passé une saison complète dans la Ligue américaine et nous voilà tous les deux dans la LNH. »

Il reste encore un endroit où Cale pourrait devancer son grand frère. En 87 matchs dans le circuit Bettman, Haydn Fleury n’a toujours pas marqué, se contentant de neuf mentions d’assistance. Chez les joueurs actifs, il n’y a que Victor Mete (120 matchs) qui patiente depuis plus longtemps.

Qu’arriverait-il si Cale lui damait le pion ? Et que ça se produisait jeudi soir ?

« Je préfère ne pas y penser. »

Possible que l’orgueil du grand frère en prenne un coup !

Des fleurs pour Bouchard

Blague à part, le choix de premier tour des Hurricanes (7e au total) en 2015 est très fier de son frangin. Il reconnaît qu’il a mis les bouchées doubles lors de sa saison avec le Rocket de Laval et que ses efforts sont maintenant récompensés.

« Il est parfait pour le style d’aujourd’hui. Il est physique, il peut bouger la rondelle et il est fiable défensivement. Je crois que Joël Bouchard a été très bon pour lui l’an dernier. Il l’a gardé alerte. Il a été bon pour son développement. »

De son côté, Haydn a profité d’une blessure à Trevor van Riemsdyk pour consolider son poste de sixième arrière des Hurricanes. À 23 ans, avec un contrat d’une seule saison en poche, il joue possiblement son avenir.

« J’ai plusieurs choses à prouver cette année. Je dois jouer une saison complète dans la LNH et devenir le meilleur joueur possible. »