/opinion/columnists
Navigation

Provocateur ou génie?

Coup d'oeil sur cet article

L’affirmation du premier ministre voulant que les employés de l’État ne doivent pas compter sur les surplus budgétaires pour obtenir des augmentations de salaire fait bondir le monde syndical québécois, mais ne suscite pas un resserrement des rangs. Coup du hasard ou planifié, le premier ministre deviendra-t-il le fossoyeur du front commun syndical ?

La difficulté des centrales (CSN, CSQ, FTQ) et des autres organisations syndicales à converger vers un front commun est un secret de polichinelle que les négociateurs gouvernementaux n’ignorent pas.

Corporatisme nuisible

En ne promettant une réelle hausse des salaires qu’aux enseignants en début de carrière et aux préposés aux bénéficiaires, le gouvernement accentue la défense des intérêts corporatistes chez les syndicats.

La CSN, qui nourrit des demandes salariales plus grandes que ses partenaires habituels, se lance dans une campagne publicitaire mettant en relief le salaire inférieur au salaire moyen d’une grande partie de ses membres. L’APTS délaisse les centrales pour s’allier avec la FIQ et se réunir autour du thème santé.

Les fonctionnaires et professionnels du gouvernement feront aussi cavaliers seuls après avoir tourné le dos aux centrales. L’harmonisation des demandes chez les syndicats d’une même centrale s’avère également difficile.

Le premier ministre ne laisse guère plus d’espoir sur l’amélioration de l’organisation du travail en indiquant qu’il veut remettre un maximum d’argent dans les poches des citoyens et oppose ses travailleurs à la population.

Dommages prévisibles

À la suite des dégâts laissés par l’austérité libérale, tous les travailleurs de l’État aspirent à un travail moins éreintant et à un certain enrichissement. Après les sacrifices, ils auraient droit, autant que les citoyens, à ce qu’on leur en remette plus dans les poches. Cependant, les augures sont sombres.

Proverbe africain : « Les animaux ne se regardent plus de la même façon au point d’eau lorsqu’elle se raréfie ». À croire que le premier ministre l’a retenu !