/opinion/columnists
Navigation

Créons une BBC québécoise

Coup d'oeil sur cet article

Ottawa n’a jamais eu d’affaire à arbitrer nos ondes ! Il est grand temps que le Québec prenne les rênes de ses radio-télécommunications. Il est aussi temps que Télé-Québec soit promue chaîne nationale et soit pourvue d’un véritable service de nouvelles internationales sur le modèle britannique.

La présente campagne fédérale offre une kermesse de promesses, comme d’habitude, vous direz, mais il y en a une qui m’a charmé l’oreille : la proposition du Bloc québécois de créer un CRTC québécois.

Dès l’apparition de la radio, il y a cent ans, le Québec se rend compte que le contenu des émissions, souvent agricole, culturel, éducatif, etc., tombe dans ses sphères de compétences. Yves-François Blanchet suggère donc une entente administrative avec Ottawa pour corriger cette anomalie.

Mentalités

Présumons que le Bloc obtient d’Ottawa une Régie des ondes québécoises, un autre problème se pose alors... Car si nos détenteurs de permis s’abaissent à toutes les demandes de quétainerie, de joual et d’américanisation, nous ne sommes pas plus avancés !

Non seulement il faudra réformer les cerveaux des propriétaires de postes de radio/télé, mais un grand coup de vadrouille s’imposera chez les sorciers de la publicité qui institutionnalisent une nouvelle débandade langagière !

Valoriser Télé-Québec

Je vous rappelle que Télé-Québec (Radio-Québec à l’origine) a été créée pour devenir une PBS québécoise... Mais dès le départ, on a visé trop bas. En 1968, on présentait des émissions pour apprendre aux gens comment calfeutrer leurs fenêtres pour l’hiver... Plus tard, on s’est moulé sur Radio-Canada : sont alors venus les « ricanades », les quizz et la joualisation.

Pourtant, le Québec a impérativement besoin d’une chaîne nationale d’envergure avec une salle de nouvelles internationales supérieure à celle de Radio-Canada. Trop cher ? Collaborons dans ce cas avec d’autres chaînes à travers le monde. Le Québec n’a pas le luxe d’attendre son éventuelle souveraineté pour se comporter comme une nation intelligente.