/entertainment/shows
Navigation

De la lutte au Diamant

Un gala à guichets fermés dans le théâtre de Lepage

North Shore Pro Wrestling
Photo Marie-Astrid Auclair Le gala de lutte présenté au Diamant mettra en vedette une trentaine de gladiateurs dans huit affrontements. Des combats en solo, en équipe et un affrontement entre les lutteuses Meave O’Farrell et Travis Toxic.

Coup d'oeil sur cet article

À quelques heures du premier gala de lutte de l’histoire du Diamant, Steve Boutet, président de la North Shore Pro Wrestling (NSPW), n’en revient toujours pas à l’idée de voir les lutteurs de son organisation débarquer à cet endroit.

«C’est irréel. J’ai visité les lieux la semaine dernière et je me suis retrouvé à l’endroit où le ring va être. J’ai pogné un deux minutes. Je n’arrive pas à y croire encore», a-t-il lancé, lors d’un entretien.

Tous les billets pour ce gala, présenté samedi soir, se sont vendus en trois jours.

«C’est absolument incroyable», a ajouté le président.

Il raconte que la NSPW a débuté ses activités, il y a 11 ans, dans une petite salle de Pont-Rouge devant 44 spectateurs.

Steve Boutet se rappelle avoir souri lorsque Robert Lepage avait manifesté son désir de présenter de la lutte au Diamant.

«Honnêtement, on n’y croyait pas. Je me disais qu’il était pour y avoir quelqu’un, à un moment donné, qui était pour lui dire que ça n’avait pas de sens. On l’a rencontré souvent par la suite et on a constaté qu’il tenait vraiment à ce projet», a-t-il mentionné.

Huit affrontements mettant en vedette une trentaine de lutteurs seront présentés dans la salle Hydro-Québec du Diamant.

Le combat vedette opposera Matt Angel et Shawn Spears, un lutteur de l’organisation américaine All Elite Wrestling, qui a été actif sous le nom de Tye Dillinger dans la World Wrestling Entertainment.

Carte blanche

La NSPW présente ses soirées de lutte au Centre Horizon, à Limoilou, depuis 2011.

«Ce que nous allons voir au Diamant va être une et peut-être même deux et trois coches de plus que ce qui se fait, généralement, dans la lutte au Québec, avec des galas qui sont habituellement présentés dans des salles communautaires, des sous-sols d’église et de bars. Là, ça va être dans une salle professionnelle», a-t-il fait savoir.

Est-ce que Robert Lepage a suggéré de s’insérer dans la mise en scène de ce gala?

«Il nous a donné carte blanche et je trouve ça incroyable cette confiance qu’il nous donne», a mentionné Steve Boutet.

Cette soirée, qui coïncide avec le 11e anniversaire de la NSPW, ne sera pas la dernière à se dérouler au Diamant.

«Des dates seront bientôt dévoilées pour 2020. Cette première est un essai et nous allons voir ce que cela va donner. La réponse reçue a été très bonne et c’est une belle surprise pour les gens du Diamant», a-t-il indiqué.