/news/transports
Navigation

L’opposition accuse Labeaume de mentir

Le maire de Québec s’explique en invoquant son cancer

Quebec
Photo Stevens LeBlanc Le maire de Québec, Régis Labeaume, a paru ébranlé vendredi en matinée à la suite des accusations lancées par Québec 21.

Coup d'oeil sur cet article

Accusé par l’opposition d’avoir menti à la population dans le dossier des travaux sur le boulevard Hochelaga, le maire Régis Labeaume s’est défendu en invoquant son cancer.

« Il ne faudrait plus que je m’absente », a lâché Régis Labeaume vendredi après-midi, en acceptant du bout des lèvres de prendre le blâme dans la confusion qui a régné toute la journée de vendredi.

L’imbroglio trouve sa racine dans une déclaration faite jeudi par M. Labeaume. Ce dernier a expliqué que la Ville est obligée de financer seule ces travaux majeurs de 61,7 millions $.

Selon lui, l’argent ne pouvait pas venir des 3 milliards $ des gouvernements supérieurs, car le trambus n’allait plus passer sur le boulevard Hochelaga.

Or, vendredi matin, Québec 21 a dégainé un récent communiqué de presse de la Ville de Québec datant du 3 juin 2019. On peut y lire que le trambus « ne passera donc plus sur le boulevard Laurier ». Nulle mention d’un éventuel passage sur Hochelaga n’est évoquée dans le document de la municipalité.

« Hier [jeudi], on a commencé la journée avec un mensonge de Rémy Normand. Régis Labeaume en a rajouté une couche avec un autre mensonge en après-midi avec le trambus sur Hochelaga. C’est deux mensonges pour le prix d’un », a tonné Jean-François Gosselin, chef de Québec 21.

« La prochaine fois que Régis Labeaume va conter des menteries à la population de Québec, je l’invite à prendre 30 secondes pour faire une petite recherche et lire les communiqués de presse que son administration a rendus publics. »  -Jean-François Gosselin, chef de Québec 21
Photo Stevens LeBlanc
« La prochaine fois que Régis Labeaume va conter des menteries à la population de Québec, je l’invite à prendre 30 secondes pour faire une petite recherche et lire les communiqués de presse que son administration a rendus publics. »  -Jean-François Gosselin, chef de Québec 21

Incompréhension et explications

Confronté à ces informations en fin de matinée, le maire Labeaume a paru ébranlé et a avoué qu’il « ne la comprend pas [lui-même] ».

« Il y a quelque chose qui ne marche pas, a-t-il indiqué. [...] Quand j’ai quitté au début avril [2019] pour mon opération, il y avait un trambus sur Hochelaga, entre l’Université Laval et Rochebelle. [...] Et c’est clair que l’option n’était plus là quand je suis revenu. »

Régis Labeaume a de nouveau convoqué les journalistes en après-midi pour apporter de nouvelles explications.

Il a d’abord admis que l’option de faire passer le trambus par Hochelaga n’a jamais été révélée au public auparavant.

C’était « un scénario » qui a été discuté « pendant quelques semaines », au printemps 2019, avec le gouvernement, et qui a rapidement été écarté, a-t-il affirmé.

« Ce serait une bonne idée que le maire n’ait pas d’autres cancers et qu’il soit toujours présent. Je vais essayer de ne pas avoir d’autres cancers d’ici le début du projet », a-t-il ensuite laissé tomber.

Normand « de bonne foi »

Le maire a également tenu à défendre son bras droit, Rémy Normand, en jurant que ce dernier n’a jamais menti.

En mars 2019, le numéro 2 de la Ville espérait toujours que l’élargissement du boulevard Hochelaga de quatre à six voies soit considéré comme « une mesure de mitigation » du Réseau de transport structurant. Auquel cas le financement aurait été pris à même le budget de 3 milliards $ des gouvernements supérieurs.

Or, cette « mesure permanente » n’était finalement pas admissible aux financements gouvernementaux.

« Rémy [Normand] était de bonne foi, mais c’est nous autres [le maire et le directeur général de la Ville] qui avons négocié l’entente, et nous étions convaincus qu’on n’allait pas pouvoir le passer », a ajouté le maire.