/opinion/blogs/columnists
Navigation

Haro sur le Bloc québécois!

Les adversaires du Bloc québécois ne reculeront devant rien...

Haro sur le Bloc québécois!
Page Facebook, Bill Clennett

Coup d'oeil sur cet article

Le Bloc québécois inquiète ses adversaires. Ça paraît. Il suffit de regarder à quel point pullule la mauvaise foi ces dernières heures...  

Par exemple, en une de ce billet, cette perversion du slogan du Bloc québécois par un ancien candidat de Québec solidaire en Outaouais, un certain Bill Clennett. Oui, celui qui s'était fait apostropher par l'ex-premier ministre Jean Chrétien. C'est beau, n'est-ce pas, cette façon fallacieuse et mensongère d'associer le Bloc à la Meute. Mais de telles inepties, provenant de cette gang, ne nous étonnent même plus.   

Blanchet le raciste!  

Voici un tweet du Bloc québécois. Commençons par ça pour ceux (nombreux, car Twitter est un tout petit monde au Québec) qui ne l’ont pas lu:    

  

Scandale! On a osé utiliser le verbe «ressembler»! Quelle bande de racistes, ces bloquistes! Franchement! Qu'à cela ne tienne, encouragé par quelques tribuns qui sont toujours prêts à mettre le feu aux poudres et lancer le bal des accusations de racisme, le tout a rapidement dégénéré. Aucune place à la nuance, il fallait se jeter, en meute, sur ce tweet pour dénoncer les méchants identitaires.    

Le chroniqueur Bernard Drainville a été l’un des premiers à dénoncer cette épouvantable mauvaise foi à l’endroit du Bloc québécois et de son chef.    

Ce que l’on remarque, c’est que les plus virulentes attaques sont venues – on s’y attendait – des mêmes qui se sont fendus d’indignation devant le choix démocratique des Québécois en 2018, celui qui pointait vers la laïcité. Celui de rompre avec le multiculturalisme débridé de Justin Trudeau.     

Le Bloc québécois monte et ces gens sont les premiers à s’en inquiéter. Conséquemment, ils passent à l’attaque. Et comme le chef du Bloc mène, somme toute, une bonne campagne, sans faute significative, on en invente, on gratte partout, on fomente la crise s’il le faut.   

Drainville a rappelé quelle était la signification du verbe «ressembler» pour montrer à quel point il faut pousser fort le bouchon pour en arriver à taxer le Bloc de «racisme»:    

  

Même ceux qui, au sein du mouvement indépendantiste, étaient les plus critiques de la Charte des valeurs du Parti québécois commencent à faire connaître leur exaspération et dénoncent «ces curés de la rectitude, adeptes de la politique de la terre brûlée, qui accusent tout le monde à hue et à dia de racisme et font sans arrêt des allusions plus que douteuses, des amalgames de mauvaise foi pour servir leur cause politique»...   

  

Le chef du Bloc québécois devra être fait fort, comme on dit. Tout sera mis en œuvre pour faire dérailler sa campagne. Mais il a de l’expérience, il était aux premières loges pour constater à quel point certains sont prêts à tout. Tsé, comme un reportage dévastateur de Radio-Canada à propos du mari de la chef, à quelques jours du vote...    

Yves-François Blanchet semble avoir trouvé le bon positionnement politique en ce qui a trait à l'élection en cours. Le Québec a besoin de représentants qui défendront les décisions que l'Assemblée nationale prend, de manière souveraine. En matière de laïcité, certes, mais de façon encore plus importante quand le fédéral voudra imposer – à un moment donné, ça viendra – son «corridor énergétique», quand, au Canada, la pression se fera forte, d'est en ouest, pour que le pétrole des sables bitumineux transite d'un bout à l'autre du pays.   

Il a vu neiger, le chef du Bloc. Tenez bon, M. Blanchet, il y a pas mal plus de Québécoises et de Québécois qui vous appuient. De plus en plus, en fait. Et de cette mauvaise foi, ils en ont marre, eux aussi.