/news/currentevents
Navigation

L’accusé voulait mourir, pas tuer son ex

L’homme aurait écrit son testament peu de temps avant de la poignarder de près de 30 coups de couteau

Maxime Labrecque
Photo courtoisie de la cour Maxime Labrecque, accusé du meurtre prémédité de son ex, se rappelle avoir ouvert le tiroir d’ustensiles dans la cuisine d’Isabelle Lavoie, le 13 septembre 2016.

Coup d'oeil sur cet article

SAINT-HYACINTHE | Un présumé meurtrier aurait écrit son testament quelques jours avant d’assassiner son ancienne conjointe, précisant qu’à son décès, les deux enfants du couple iraient vivre chez sa sœur, et non avec leur mère.

« Je n’ai pas pensé à elle », a expliqué Maxime Labrecque, debout dans le box des accusés devant les 12 membres du jury.

C’est ainsi que vendredi, l’homme de 37 ans, accusé du meurtre prémédité d’Isabelle Lavoie, poignardée de près de 30 coups de couteau le 13 septembre 2016, a décrit ses pensées suicidaires au palais de justice de Saint-Hyacinthe.

Bien que l’accusé ne soit pas obligé de témoigner, il s’est soumis aux questions de son avocate, Marylie Côté, et de celles de la procureure de la Couronne, Me Claudie Gilbert.

Habillé d’un chandail sport à manches longues, il est demeuré très calme.

Lettres aux enfants

Mais c’est à la lecture de son testament, écrit le 8 septembre 2016, que Labrecque a eu le plus de mal à poursuivre son récit.

« Mon idée était faite. Je voulais mourir... Je ne vois plus le jour où je vais avoir une once de bonheur dans ma vie », a-t-il poursuivi en pleurant.

Selon le trentenaire, s’il a noté dans ses dernières volontés que les deux enfants du couple iraient vivre chez sa sœur à son décès, c’est parce que c’était l’entente des deux adultes pendant leur union, et non parce qu’il pensait la tuer.

Puis, dans les lettres d’adieu adressées à ses enfants, il a également expliqué pourquoi il souhaitait mettre fin à ses jours.

« Tu comprendras pourquoi papa est parti si tôt. Ce n’est pas parce que papa ne vous aimait pas, mais parce que maman a détruit le cœur de papa deux fois. Un jour, tu vas découvrir comment maman est méchante, mais toi, tu ne seras jamais comme elle », a écrit l’accusé dans sa lettre adressée à l’un de ses enfants.

Pour en finir avec sa souffrance, Labrecque aurait prévu utiliser un couteau de cuisine dans l’appartement de Mme Lavoie.

Son Marteau dans une poubelle

Or, le soir venu, il n’aurait pas apporté d’outil avec lui pour entrer chez son ex, alors qu’il lui avait remis la clé du logement à Saint-Hyacinthe, en Montérégie.

C’est par hasard qu’il aurait trouvé son marteau dans une poubelle, dehors, près de la porte d’entrée.

« J’ai vu mon marteau dans la poubelle. Je me suis senti comme un déchet », a expliqué Labrecque à voix basse.

Après avoir lancé l’objet dans la porte d’entrée vitrée et pris un couteau dans la cuisinette, l’homme n’a plus aucun souvenir de cette nuit, selon son récit.

♦ La défense présentera des derniers témoins policiers lundi devant le juge Michel Pennou.