/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Le retour de Janette Bertrand

Coup d'oeil sur cet article

« Y’en a que pour les jeunes. On est à l’époque de : “Jetons les vieux et prenons leur place” ».

Quand j’ai entendu Janette Bertrand dénoncer l’âgisme, mercredi soir à Télé­-Québec, mon cœur s’est fendu.

Comment se fait-il qu’après tout ce que Janette a fait pour le Québec, elle soit si peu présente dans les médias ? Pourtant, quand je regarde l’actualité, je me dis qu’on aurait encore bien besoin de ses conseils, de son expérience, de son expertise.

On a beaucoup dit que Janette avait « déniaisé » le Québec. Mais des fois, je me dis qu’on aurait bien besoin d’une autre petite dose de « déniaisage ».

AVONS-NOUS ÉVOLUÉ ?

Janette Bertrand a 94 ans. Elle calcule qu’il lui reste à peu près six ans à vivre. « Il faut que ces six ans-là, ce soit le fun tout le temps », a-t-elle déclaré à mon mari Richard Martineau, aux Francs-tireurs.

Et si justement, au cours des prochains mois, des prochaines années, Janette faisait un retour dans les médias ? Qu’on l’interviewe à la radio, la télé, dans les journaux, qu’elle chronique sur des sujets d’actualité !

Elle qui a été une pionnière au Québec en parlant d’homosexualité, des transsexuels (qu’on appelle maintenant transgenres), d’aide médicale à mourir (qu’on appelait à l’époque l’euthanasie), de sida, d’avortement, elle se positionne aujourd’hui sur le mouvement #metoo et... ça décoiffe !

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

Ça m’a bouleversée d’entendre Janette raconter que lorsqu’elle a commencé dans les médias au « courrier du cœur », elle a été submergée de témoignages... d’inceste. Janette a levé le voile sur tellement de secrets, tellement de tabous. D’ailleurs, dans l’émission, elle confie : « Moi j’ai été agressée dans ma jeunesse... par des gars qui me donnaient de la job. C’est le pouvoir, au travail. Il y avait des réalisateurs, tu le savais qu’eux autres, il fallait que tu couches avec. Je ne l’ai jamais raconté, parce qu’on ne m’aurait pas cru ».

L’AMOUR QUI TUE

En 1991, Janette avait écrit un épisode de L’Amour avec un grand A sur la violence conjugale intitulé L’amour qui tue.

Janette a raconté aux Francs-tireurs que dans les jours qui ont suivi, de nombreux hommes lui ont écrit pour lui dire : « Je me suis rendu compte que je finirais par tuer ma femme si je ne réglais pas mon problème de colère ».

Ça ne vous donne pas froid dans le dos à quel point ces propos sont d’actualité, avec ces deux causes d’hommes qui ont tué leur conjointe qui font la une des journaux ?

Si vous avez manqué l’entrevue de Janette mercredi soir, débat électoral oblige, l’émission est en rediffusion dimanche à 18 h.

Un conseil : écoutez-la avec des jeunes. Pour qu’ils voient à quel point une femme de 94 ans vive d’esprit peut leur en apprendre sur la sexualité, le féminisme. Peut-être qu’après avoir vu et entendu Janette si ouverte d’esprit, si ricaneuse, si juste et pertinente, ils y penseront à deux fois avant de dire : « Jetons les vieux et prenons leur place ».

Pour paraphraser Harmonium : « Où est allé tout ce monde qui avait quelque chose à raconter ? On a mis Janette au monde, on devrait peut-être l’écouter. »