/news/health
Navigation

Accouchements: un médicament essentiel en pénurie

La molécule est utilisée lors des accouchements

Coup d'oeil sur cet article

Un médicament essentiel utilisé pendant les accouchements se trouve en pénurie en raison de la hausse de la demande, une situation alarmante pour le milieu de la santé.

« Je suis inquiète. C’est grave, si on n’a pas d’ocytocine », a indiqué au Journal Diane Francœur, présidente de la Fédération des médecins spécialistes du Québec.

La molécule permet notamment de réduire les risques de saignements post-partum, les chirurgies d’urgence et permet de provoquer le travail des femmes enceintes.

Selon le site Pénuries de médicaments Canada, le manque de ce médicament s’est amorcé le 13 septembre et devrait se poursuivre jusqu’au 15 novembre.

Le fabricant de l’ocytocine, Fresenius Kabi Canada, une pharmaceutique de Toronto, prévoit toutefois qu’il y aura rupture de stock à compter du 15 octobre, ce qui pourrait accroître les risques pour les femmes au cours des accouchements.

« Est-ce une pénurie de court ou de moyen terme ? Est-ce qu’on doit reporter toutes les femmes qui devaient avoir une provocation du travail ? » questionne notamment la Dre Francoeur, qui reproche au ministère de la Santé de laisser les médecins « dans le néant total ».

Solution de rechange

Bien qu’il existe une solution de rechange pour éviter une hémorragie à la suite d’un accouchement, il faut s’assurer que ce produit est également disponible.

« Si c’est une pénurie qui touche tout le Canada, ça prend un plan de match », a-t-elle expliqué, précisant que le médicament de remplacement peut provoquer des effets secondaires, tels que la diarrhée et des vomissements.

Au ministère de la Santé, on assure suivre la situation de près et tout mettre en œuvre pour pallier la rareté de la substance.

« Ce médicament n’est pas en rupture de stock actuellement, mais nous sommes en action par rapport à la situation. Le Québec a d’ailleurs fait une demande de priorisation pour l’ocytocine à Santé Canada », a indiqué Noémie Vanheuverzwijn, porte-parole au ministère.

– Avec l’Agence QMI