/news/politics
Navigation

Québec envisage d’interdire le «Bonjour / Hi»

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement Legault étudie la possibilité d’exiger que les sociétés d’État et les commerces privés du Québec accueillent leurs clients uniquement avec le mot «Bonjour», mettant ainsi un terme au «Bonjour / Hi» répandu dans la métropole.

«C’est ce que l’Assemblée nationale demande», a souligné vendredi le nouveau ministre responsable de la langue française, Simon Jolin-Barrette, au terme d’une interpellation du Parti québécois sur le «renforcement de la loi 101».

Au cours des dernières années, les élus à Québec ont adopté, à l’unanimité, deux motions pour inviter les commerçants à utiliser uniquement le mot «Bonjour». «Je vais devoir traduire ça dans des mesures au cours des prochains mois avec la réforme que je vais proposer en matière de langue française, pour la bonification et la promotion de la langue française», ajoute M. Jolin-Barrette.

«Les gens souhaitent être accueillis en français dans les différentes entreprises, dans les différents commerces, mais aussi par l’État québécois. Alors, ça fait partie de la réflexion», explique-t-il.

Pourtant, lorsque Le Journal a révélé en septembre dernier que des clients de la SAQ avaient été accueillis avec un «Bonjour / Hi» à Montréal, le gouvernement Legault avait refusé d’envoyer une directive pour y mettre fin.

«Bonjour» en recul

Reste à voir, maintenant, comment une telle mesure pourrait être appliquée. «On n’est pas dans une logique de police de la langue», assure M. Jolin-Barrette.

Le ministre rappelle que l’accueil en français seulement dans les commerces montréalais est passé de 85 % en 2010 à 75 %. À l’inverse, l’utilisation de l’anglais uniquement a grimpé sur la même période, passant de 12 % à 17 %. Le «Bonjour / Hi», lui, est passé de 4 % à 8 %.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Plus loin que le PQ

En ouvrant la porte à une telle mesure, le gouvernement Legault va plus loin que le PQ, qui a pourtant fait de la défense de la langue française son principal cheval de bataille. Juste avant que le ministre ne prenne la parole, le porte-parole péquiste en matière de langue française réitérait que son parti ne souhaite pas une «approche coercitive» dans ce dossier. «Je pense qu'on ne va pas dire aux gens quoi faire dans leur quotidien, dans leurs entreprises privées. Ça relève d'une mesure qui est inapplicable selon moi», a déclaré Joël Arseneau vendredi matin.

Le PQ avait réclamé cette interpellation pour demander au gouvernement d’étendre l'application de la loi 101 aux entreprises de 25 à 49 employés, d’interdire aux employeurs d'exiger la connaissance de l'anglais lorsque cela n'est pas nécessaire, et d’obliger l’État à communiquer uniquement en français avec les personnes morales.

Le PLQ étudiera la question

À la sortie de l’interpellation, la députée libérale en matière de protection de la langue française a refusé de se prononcer sur une possible interdiction du «Bonjour / Hi». «On va voir comment M. Jolin-Barrette va l’exprimer dans un projet de loi», a déclaré Christine St-Pierre.

Pressée de question, Mme St-Pierre n’a pas voulu dire que le PLQ s’opposerait à une telle mesure. «Il faut voir comment ces choses-là peuvent s’appliquer», a-t-elle déclaré.

Netflix et consorts

Du côté de Québec solidaire, Catherine Dorion a fait valoir lors de l’interpellation que le gouvernement doit surtout s’attaquer à la protection de la culture québécoise face aux géants du web.

«On ne peut pas faire reposer l'avenir du français au Québec sur les épaules du petit employé de la SAQ qui dit ‘‘Bonjour! Hi! ‘’, a-t-elle déclaré au Salon bleu. Il faut se retourner vers ceux qui ont le pouvoir en ce moment, vers Ottawa, puis leur dire : Là, là, laissez-nous légiférer sur internet. Il s'agit de l'avenir de notre culture puis de notre langue au Québec.»