/news/health
Navigation

Trois ans et demi d’attente inutile

Une comptable accuse la CNESST de négligence

Nancy Gagnon, en litige avec la CNESST.
Photo Didier Debusschère Nancy Gagnon, en litige avec la CNESST.

Coup d'oeil sur cet article

Une travailleuse licenciée par son employeur en 2015 accuse la CNESST de négligence après des délais de trois ans et demi, quatre remises de cause et six changements d’avocats de l’organisme gouvernemental pour un dossier d’indemnité de départ de 39 000 dollars.

Après cette longue attente, la comptable de 57 ans, qui comptait dix ans d’ancienneté, a eu la désagréable surprise d’apprendre que sa demande était tardive et que son recours était prescrit.

«La CNESST a pris plus de trois ans à se rendre compte que c’était le mauvais tribunal et elle a laissé écouler les délais sans en informer ma cliente. C’est long pas à peu près!», explique Me François Leduc. Le tribunal administratif n’avait pas le pouvoir de lui accorder son indemnité de départ.

Spécialisé en droit du travail, l’avocat se tourne maintenant vers la Cour d’appel parce que des dizaines d’autres employés pourraient subir le même sort. «C’est une question de principe. Les personnes qui ont perdu leur emploi n’ont pas à faire les frais des retards de la CNESST. Leur mission, dans la loi, c’est d’informer les salariés de leurs droits. La loi est claire, les faits sont clairs. Qu’est-ce qu’on attend? Ils doivent assumer», s’indigne Me Leduc.

Manifestation

Nancy Gagnon, de Sherbrooke, a manifesté son mécontentement vendredi devant les bureaux de la CNESST à Québec. Elle veut obtenir réparation de la CNESST si son indemnité de départ est perdue.

«Pourquoi mon dossier a changé de mains aussi souvent? Il y a tout un stress à chaque fois. J’aimerais que ça finisse bien et que ça profite à d’autres», affirme Mme Gagnon.

Selon son avocat, la CNESST perçoit chaque année près de 3 milliards de dollars de cotisations patronales. Pour un enjeu de quelques milliers de dollars, la CNESST aurait la possibilité de régler le dossier rapidement, terminent les demandeurs.