/travel/conseils
Navigation

Attention aux fausses croyances

The couple visited a travel company, believes the travel destination
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

En voyage, certains mythes ont la vie dure. Pour vous aider à débusquer le vrai du faux, voici cinq fausses croyances :

IL VAUT MIEUX PRÉPARER SOI-MÊME SON VOYAGE EN UTILISANT INTERNET QUE D’UTILISER LES SERVICES D’UN AGENT DE VOYAGE.

Faux. Pour les petits génies de l’informatique qui sont prêts à passer des heures à planifier leur voyage, l’internet peut être une bonne solution, mais pour le commun des mortels, il y a d’énormes risques à tenter de se débrouiller sur la toile et de tout faire par soi-même. L’agent de voyages peut faire la différence entre une belle expérience ou une grosse déception.

UTILISER LES AGRÉGATEURS DE RECHERCHE POUR LES HÔTELS FAIT ÉCONOMISER BEAUCOUP DE SOUS.

Faux. Les dirigeants d’hôtels sont généralement ouverts à la négociation. Plus encore si vous avez vérifié en ligne les prix offerts par ces sites de réservation. Il suffit de les appeler et de leur proposer le plus bas prix trouvé en leur signifiant que s’ils vous laissent la chambre au même prix, vous traiterez directement avec eux. Les hôtels préfèrent traiter avec le client sans avoir à verser de commissions. Afin de vous fidéliser, certains hôteliers ajouteront même parfois des surclassements.

LE MEILLEUR ENDROIT POUR CHANGER SON ARGENT EST À L’AÉROPORT.

Faux. Le coût de la transaction y est très élevé. Le plus simple est de trouver les guichets automatiques (ATM) à son arrivée à destination et d’utiliser sa carte de débit pour retirer l’argent dont on croit avoir besoin. On évite d’en retirer trop, car il faudra à nouveau payer des frais pour les revendre à la banque au retour.

IL FAUT TOUJOURS PAYER EN ARGENT COMPTANT OU EN CHÈQUES DE VOYAGE.

Faux. S’il est vrai qu’il est important d’avoir en sa possession des devises étrangères pour les pourboires ou les achats dans les petits marchés, il vaut mieux payer avec sa carte de crédit pour les hôtels, les restaurants et les achats en boutiques.

UTILISER L’APPLICATION UBER EST DANGEREUX.

Faux. Particulièrement utile en voyage, elle permet de se déplacer sans avoir de devises du pays en sa possession, de savoir à l’avance le montant qui sera facturé, de connaître le nom et le visage du chauffeur, et le type de véhicule qu’il conduit, sans oublier les commentaires que les autres utilisateurs ont écrits sur lui. De plus, sa voiture est localisée en temps réel et, en cas de pépins, on retrouvera ces mêmes informations sur le reçu que l’on nous fait parvenir par courriel. Tout ça semble plus prudent que de monter à bord d’une voiture identifiée « taxi », mais dont on ne sait rien de plus.