/opinion/blogs/columnists
Navigation

Les mots dits du samedi

Coup d'oeil sur cet article

 

 Pas la faute des carottes  

 

 Dans la chronique de samedi dernier, Corriger s’il y a lieu cette phrase boiteuse: «Quoique vous en pensiez, la pluie qu’il y a eue a bien servie la récolte des carottes.» Les carottes n’y sont pour rien, mais la phrase aurait dû se lire ainsi: «Quoi que vous en pensiez, la pluie qu’il y a eu a bien servi la récolte des carottes.»  

 

 1- Quoi que ou quoique? Truc infaillible: le mot «quoique» s’écrit en un mot quand on peut le remplacer par «bien que». Ce n’est pas le cas ici. «Quoi que» en deux mots est une locution signifiant «quelle que soit la chose qui ou que». Cela s’applique ici.  

 

 2- Les verbes impersonnels s’emploient uniquement à la 3e personne du singulier. Leur participe passé est invariable. Falloir est un verbe impersonnel. Par ailleurs, certains verbes personnels peuvent prendre la forme impersonnelle. Comme le verbe avoir. Le participe passé des verbes impersonnels et des verbes employés impersonnellement est invariable. Ex.: Les difficultés qu’il y a eu à surmonter... «Eu» ne s’accorde pas, car «qu’», mis pour les difficultés, est complément direct de l’infinitif surmonter et non du verbe avoir. Merci à G. Massicotte pour sa question pertinente.  

 

 3- La pluie a bien servi la récolte... C’est la règle de base. Avec «avoir», le participe passé s’accorde avec le complément d’objet direct s’il est placé devant l’auxiliaire. La pluie a servi quoi? La récolte, complément placé après le verbe. Le participe passé est invariable.  

 

 

 Où placer sa langue  

 

 1- «“Ben tanné” d’entendre des professionnels mettre le mot “monde” au pluriel. Un professeur d’université, une écrivaine célèbre, un metteur en scène...» Vous avez bien raison, J. A. Bergeron. Contrairement à l’anglais, le français ne tolère pas que l’on accorde les noms collectifs (la police, le couple, la foule, le peuple, etc.) au pluriel. Il faut écrire: la police a chargé la foule (et non «ont chargé»). On ne mettra pas non plus un verbe au pluriel quand son sujet est le nom collectif singulier le «monde». Il y a beaucoup de monde qui est venu (et non «qui sont venus») à la soirée.  

 

 2- Question: «On écrit câlin, mais on prononce calin, non?» demande Pierre P. Il existe deux a. Le a antérieur qui se prononce en portant la langue à l’avant (date, patte...) et le a postérieur qui, on le devine, se prononce la langue portée à l’arrière (âne, pâte...). Le a antérieur tend à prendre toute la place dans le monde francophone... sauf au Québec. Ce qui ne nous empêche pas, à l’occasion, de prononcer câlin en s’en remettant au a antérieur. Le a postérieur se pare couramment de l’accent circonflexe. Mais le a est aussi – généralement – postérieur quand il fait partie de la dernière syllabe d’un mot. Comme dans chat... ou Canada. Un a postérieur discret... Un soldat, pas un soldââ; le Canada, pas le Canadââ! S’il vous plaît.  

 

 

 Corriger s’il y a lieu  

 

 Après avoir vu Dr. Machin à la clinique, Louis s’est montré émotionnel.  

 

 

 Les lettres mêlées  

 

 EEENNPLTIOCX  

 

 Définition: Qui est hors de l’ordinaire  

 

  

  

  

  

  

  

  

 Réponses  

 

 Corriger s’il y a lieu: Après avoir vu le Dr Machin à sa clinique, Louis s’est montré ému. Les lettres mêlées: EXCEPTIONNEL