/weekend
Navigation

«La dalle des morts» de Daniel Lessard: scandales à Saint-Léon-de-Standon

Daniel Lessard
Photo Pierre-Paul Poulin

Coup d'oeil sur cet article

Excellent dans l’art de raconter des histoires du «bon vieux temps», le journaliste émérite et désormais écrivain Daniel Lessard a sorti des squelettes du placard en racontant l’incroyable épopée des trois cimetières de Saint-Léon-de-Standon. Il fait revivre un curé monstrueux et ses ouailles terrifiées dans un nouveau roman à lire absolument, La dalle des morts.

Histoire insolite, tragique, macabre, ahurissante, La dalle des morts fait revivre des événements qui se sont produits entre 1938 et 1946 à Saint-Léon-de-Standon, un petit village juché dans les hauteurs des Appalaches, dans le comté de Dorchester.

La guerre ouverte entre un curé fou à lier et les habitants, à propos de l’emplacement d’un nouveau cimetière, a créé des traumatismes qui ont laissé des traces jusqu’à nos jours.

Histoires incroyables

Daniel Lessard n’en revient toujours pas des histoires qui lui ont été racontées par les habitants de Saint-Léon, où il s’est rendu pour recueillir des témoignages et effectuer ses recherches.

«C’est inimaginable, ce qui s’est passé!» commente-t-il en entrevue. «Même à l’évêché, ses archives ne sont pas disponibles», ajoute-t-il en parlant du curé dont il est question dans son roman. «C’était vraiment un monstre.»

Daniel Lessard est tombé sur cette histoire de curé détestable après avoir écrit Maggie. Un lecteur, Alfred Beaudoin, lui a écrit pour lui parler de l’histoire des trois cimetières de Saint-Léon. Il l’a référé à un documentaire réalisé il y a une vingtaine d’années par Brigitte Nadeau.

Il a décidé de se lancer, à l’invitation de l’ancienne présidente de la Société d’histoire de Saint-Léon, feue Françoise Bourgault.

«J’étais déjà allé dans le village, quand j’avais 15 ou 16 ans, pour jouer au hockey. J’ai 72 ans, alors tu t’imagines que ça a changé depuis ce temps-là», dit-il en entrevue.

Françoise Bourgault et Florian Guay, l’ancien député créditiste du coin, lui ont fait faire une visite VIP, pendant l’automne 2018. Un monsieur presque centenaire – M. Noël – a partagé ses souvenirs. Les gens lui ont raconté l’épopée du curé Verreault et son obsession à vouloir enterrer les défunts dans un nouveau cimetière, en bordure de la rivière Etchemin.

«Je n’en revenais pas d’entendre ces histoires-là. Ça me dépassait. Et je me suis dit OK, je vais bâtir un roman autour de ça.»

Vérité et fiction

«Il y a beaucoup de faits qui sont véridiques, d’autres que j’ai inventés, comme les histoires d’amour, mais j’ai gardé le fond historique le plus possible. La plupart des histoires sont arrivées telles quelles : le curé s’est fait donner des coups de pied dans le cul. Mais il était têtu, c’était épouvantable. C’était une obsession. C’était maladif.»

La guerre concernait l’aménagement d’un nouveau cimetière paroissial, le cimetière d’alors étant au maximum de sa capacité. Le choix du curé, arrivé en 1936, s’est porté sur un terrain appartenant à la Fabrique, où l’eau jaillissait très près de la surface.

«Mais ça change quoi?» a demandé Daniel Lessard à une paroissienne. «Elle m’a dit : “C’est une question de respect des morts. De savoir que ton mari ou ton père ou qui que ce soit baigne dans l’eau, c’est inacceptable, ça me donne des frissons, ça me vire à l’envers.”»

«La chicane a pogné»

L’auteur ajoute que «la chicane a pogné» lorsque la première fosse creusée dans le nouveau cimetière s’est remplie d’eau. Le village s’est coupé en deux : ceux qui obéissaient au curé et ceux qui se rebellaient.

«Ils en sont venus à construire leur propre cimetière – il y en a trois dans le village. Le cardinal a refusé de le bénir. Il a défendu le curé même si c’était indéfendable. Il y a encore des familles qui se parlent à peine, aujourd’hui.»


► En librairie le 9 octobre.

► Daniel Lessard est né à Saint-Benjamin, en Beauce.

► Il est un journaliste émérite de Radio-Canada et un vétéran de la tribune parlementaire à Ottawa

► La dalle des morts est son neuvième roman.

► Son site web : daniellessard.ca

► Il a récemment été décoré de l’Ordre du Canada

EXTRAIT

<b><i>La dalle des morts</i></b><br>
Daniel Lessard, Éditions Pierre Tisseyre, 360 pages
Photo courtoisie, Éditions Pierre Tisseyre
La dalle des morts
Daniel Lessard, Éditions Pierre Tisseyre, 360 pages

«Gonzague n’est donc pas surpris de trouver le curé sur le pas de sa porte. Il ne l’invite pas à entrer, pour éviter d’indisposer Clairina.

– Je sais que c’est toi qui as déterré Philémon Nadeau et j’exige que tu le ramènes dans le nouveau cimetière immédiatement.

– Sinon? riposte Gonzague, en roulant ses larges épaules comme pour intimider le prêtre, pourtant plus grand et plus gros que lui.

Le curé s’approche, en le menaçant de l’index.

– Sinon, je mets la police à tes trousses.

– Appelle-la don’, y vont rire de toé. Pis tu sauras qu’Philémon a l’droit d’être enterré avec sa famille.»

– Daniel Lessard, La dalle des morts, Éditions Pierre Tisseyre