/news/education
Navigation

De moins en moins d’espace pour jouer à cause des nombreux agrandissements d'écoles

À l’école Saint-Albert-le-Grand, à Montréal, les travaux de construction de dix nouvelles classes et d’un gymnase ont débuté cet été (sur la photo). Cet agrandissement mènera à une diminution de la superficie de la cour de récréation.
Photo d'archives, Chantal Poirier À l’école Saint-Albert-le-Grand, à Montréal, les travaux de construction de dix nouvelles classes et d’un gymnase ont débuté cet été (sur la photo). Cet agrandissement mènera à une diminution de la superficie de la cour de récréation.

Coup d'oeil sur cet article

Des élèves se marchent sur les pieds par manque d’espace dans certaines cours de récréation, une situation qui risque d’empirer avec les nombreux agrandissements d’écoles à venir.

  • Pour consulter tous les textes de notre palmarès des cours d'école, cliquez ici pour Le Journal de Montréal et ici pour Le Journal de Québec.
  • La cour d'école de votre enfant n'y figure pas? Cotez-là vous-mêmes.

À la Commission scolaire de Montréal (CSDM), les projets d’agrandissements mènent forcément à une diminution de la superficie de la cour d’école, qui varie entre 25 % et 40 %, indique son porte-parole, Alain Perron.

Une quinzaine de projets d’agrandissement sont en cours présentement, précise M. Perron, sans compter les nombreux ajouts d’espace qui ont été réalisés au cours des dernières années.

Seule consolation, les écoles agrandies bénéficieront d’un espace de jeu extérieur complètement rénové: ce sera le cas notamment pour les écoles Saint-Albert et Saint-Jean-de-Matha, où la cour était en bien mauvais état avant le début des travaux.

«Lorsqu’on a agrandi l’école, c’est sûr que l’on réaménage et qu’on repart en neuf», indique M. Perron.

La même situation existe aussi à Québec. Au cours des dernières années, au moins deux écoles ont été agrandies au détriment de la cour d’école, dont la superficie reste toutefois très grande malgré l’agrandissement.

Manque d’espace

Or le manque d’espace représente déjà un défi de taille pour ceux qui veulent redonner du lustre aux cours d’école.

«Ici, à Montréal, le grand enjeu, c’est vraiment l’espace. Dans plusieurs écoles, on ne respecte pas le ratio mètres carrés prescrit par le ministère, affirme Josée Labelle, architecte paysagiste de la firme NIPpaysage, qui a réalisé plusieurs rénovations de cours d’école.

Selon le ministère de l’Éducation, il faut prévoir un ratio correspondant à au moins 10 mètres carrés par élève pour la superficie d’une cour d’école.

Or il ne s’agit pas d’une norme, mais plutôt d’une recommandation, précise-t-on à la CSDM, qui vise plutôt un ratio de 7 mètres carrés par enfant. «Mais il n’est pas toujours possible de le respecter», indique M. Perron, puisque les terrains en milieu urbain sont petits et les écoles, pleines à craquer.

Horaires différents

Pour donner plus d’espace aux élèves, plusieurs écoles montréalaises ont opté pour deux horaires différents de récréation en avant-midi et en après-midi. Les élèves sont alors séparés en deux groupes pour éviter qu’ils ne soient tous en même temps dans la cour.

De son côté, Francine Ferland, professeure en ergothérapie à l’Université de Montréal, insiste sur l’importance d’avoir assez d’espace pour jouer lors de la «récré».

«Il faut que la cour soit suffisamment grande pour bouger, sinon ça peut faire monter un peu le niveau d’agressivité», affirme-t-elle.

Rénovation de cour d’école - 10 conseils à suivre

  • Mettre les élèves dans le coup
  • Consulter le personnel scolaire
  • Diversifier les aménagements
  • Penser quatre saisons
  • Aménager en fonction du quartier
  • Prévoir des espaces de rangement
  • Prévoir des zones d’ombre
  • Penser à l’éclairage
  • Ne pas faire de copier-coller
  • Faire un plan d’entretien
Source : Carole Carufel, ex-enseignante d’éducation physique, et Marie-Hélène Guimont, conseillère pédagogique à la commission scolaire de Montréal