/news/politics
Navigation

Mission de recrutement: des commissions scolaires feront également le voyage en Europe

Coup d'oeil sur cet article

Le maire de Québec s’envolera demain pour la France puis pour la Belgique où il dirigera une mission de recrutement organisée par Québec International. Aux prises avec une pénurie d’étudiants, deux commissions scolaires (CS) de la région participeront pour la première fois à ce type de voyage.

«Ce qui est spécial, c’est que les commissions scolaires viennent. Ce n’est plus juste d’offrir des emplois. C’est aussi d’aller chercher des étudiants, parce qu’il en manque», a indiqué Régis Labeaume au Journal.

Selon lui, «non seulement on manque de personnel, mais on est rendu qu’on manque d’étudiants dans les formations professionnelles comme la cuisine, la ferblanterie, les systèmes de sécurité, les télécoms, la mécanique automobile, la mécanique de véhicules lourds, les soins infirmiers ou le soudage. Honnêtement, je n’ai jamais vécu ça. On a un maudit problème».

La CS de la Capitale cherchera à dénicher des élèves pour l’École hôtelière et pour l’École des métiers de la construction. La CS des Navigateurs voudra faire du recrutement pour trois centres de formation professionnelle dans Chaudière-Appalaches.

Aussi, la coopérative Éducation internationale (Québec et Chaudière-Appalaches) sera du voyage afin de séduire les étudiants français et belges.

16 entreprises et 300 emplois

Quelque 16 entreprises participeront à cette mission durant laquelle près de 300 postes seront offerts. Ces emplois appartiennent à des domaines aussi divers que les technologies de l’information, le manufacturier, les jeux vidéo, la santé, l’agroalimentaire et l’administration.

«La pénurie de main-d’œuvre est un gros problème, a répété le maire. Mon travail sera d’aider les entreprises à faire la promotion de leurs 300 offres, mais surtout de promouvoir les 25 000 emplois disponibles dans la grande région.»

Immigration et bureaucratie

Lors de ce type de missions, les candidats étrangers pointent souvent la lenteur et la complication du système d’immigration comme étant le principal obstacle à leur arrivée au Québec. Conscient de ces difficultés, le maire Labeaume a mentionné que la situation est en train d’évoluer.

«Il faut que je défasse cette idée que c’est compliqué d’immigrer au Québec, a-t-il convenu. Si tu as une job, tu passes en avant des autres. Si tu es engagé, tu viens. Tu as un permis temporaire et, normalement, tu n’as pas de problème à avoir un permis permanent plus tard.»

Durant son voyage, Régis Labeaume va par ailleurs participer aux festivités marquant le 20e anniversaire de jumelage entre Québec et Namur, en Belgique.

Robert Pigeon, chef du Service de police de la Ville de Québec, se joindra au volet belge du déplacement en donnant une conférence à Namur sur le thème de la sécurité et de la prévention.