/entertainment/movies
Navigation

Joker engrange des recettes mondiales de 247 M$

Joker
Photo Courtoisie, Warner Bros Joker a fait courir les foules au cinéma ce week-end, récoltant quelque 247 millions de dollars.

Coup d'oeil sur cet article

Malgré la controverse et les mesures de sécurité renforcées dans certains cinémas américains, le film Joker a tout balayé sur son passage à son premier week-end sur les écrans.

Le thriller psychologique de Todd Philips, dans lequel Joaquin Phoenix prend les traits du super-vilain de DC Comics, a établi une nouvelle marque pour une sortie au mois d’octobre en récoltant des recettes mondiales de 247 millions de dollars.

En Amérique du Nord, le plus récent vainqueur du Lion d’or du Festival de Venise a aussi fracassé le précédent record d’octobre, qui appartenait à Venom, en amassant 93,5 millions de dollars.

Ces exploits ont été réalisés malgré un classement R (les moins de 17 ans doivent être accompagnés d’un adulte) et les inquiétudes manifestées par des parents de victimes d’un tueur qui s’était maquillé en Joker à Aurora, en 2012.

La controverse a même forcé des corps policiers à accroître leur visibilité autour des salles de cinéma qui présentaient le film au cours des derniers jours. Aucun incident n’a été signalé.

Au Québec, Joker a aussi écrasé la concurrence avec des recettes de 1,5 million de dollars, loin devant Abominable et ses 193 000 $, montre le rapport hebdomadaire de la firme Cinéac.

Il s’agit d’un bon lancement, selon le propriétaire de cinémas Vincent Guzzo, qui soulève cependant que le film a mieux fait en anglais qu’en français en moyenne par écran.

« Par contre, en français, le film devrait être performant pendant plusieurs semaines. Les gens qui l’ont vu l’ont vraiment beaucoup aimé. Il y avait beaucoup d’adultes dans les salles en comparaison avec d’autres films de superhéros », a-t-il dit au Journal.

Il pleuvait des oiseaux sur sa lancée

À travers l’ouragan Joker, le film québécois Il pleuvait des oiseaux, avec Gilbert Sicotte, Rémy Girard et Andrée Lachapelle, a tout de même réussi à ajouter plus de 130 000 $ à sa récolte aux guichets, qui s’élève maintenant à près de 1,4 million de dollars après quatre semaines en salle.

Le film de Louise Archambault, qui a terminé la fin de semaine au quatrième rang, n’est pas le seul long métrage du Québec dans le top 10 du box-office. Même s’il n’a été présenté que sur 16 écrans, le drame Kuessipan, tourné chez les Innus de Uashat et Maliotenam, s’est glissé à la dixième position grâce à une récolte de 32 600 $.