/finance/news
Navigation

Comment planifier sa mort numérique

Comment planifier sa mort numérique
Illustration Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Votre décès dans le monde réel n’arrivera pas au même moment dans le monde virtuel, ce qui compliquera la vie de vos héritiers.

« On ne vit que deux fois, Monsieur Bond », affirme le baron Blofeld au célèbre agent 007. Cette boutade se concrétise toutefois avec internet, car comptes de médias sociaux, photos, vidéos, conversations, créations artistiques, métadonnées, recherches, courriels, entrées de blogues et documents sur le nuage (portfolios, dossiers juridiques, comptables, familiaux, intimes) survivent à votre décès.

Souvent indéfiniment. Par exemple, trois millions de personnes inscrites sur Facebook meurent chaque année. Qu’arrive-t-il de leurs comptes et contenus ?

En fait, la gestion d’une succession implique désormais tant les biens physiques que la réalité numérique du défunt. Et c’est loin d’être simple, selon un rapport d’Option consommateurs.

Pensez à vos héritiers

Vos héritiers vont-ils retrouver tous vos comptes en ligne, vos NIP et mots de passe après votre décès ? Vont-ils pouvoir récupérer vos documents importants sur votre nuage, vos soldes chez PayPal, eBay ou dans votre banque en ligne ? D’autant plus que les conditions varient selon chaque plateforme et que certaines ignorent complètement la question !

En fait, nous sommes tous des immortels numériques par défaut, constate Option consommateurs. Car, sur certaines plateformes, nos données demeureront éternellement. Plusieurs ferment toutefois le compte après une période d’inactivité. Me Alexandre Plourde, auteur de l’étude d’Option consommateurs, constate que seuls Google et Facebook ont prévu des mesures en cas de décès, qu’il faut configurer soi-même dans les paramètres.

« Mais presque personne n’est au courant ou ne le fait », précise-t-il.

Flou juridique

Aucune plateforme ne prévoit un droit d’accès pour vos héritiers. En fait, plusieurs l’interdisent ! Concrètement, vos proches ne récupéreront jamais photos ou documents importants après votre décès sans vos NIP et mots de passe. Et la plupart des plateformes en interdisent l’utilisation par un tiers.

Le cadre juridique fait en sorte que vos données numériques sont des renseignements personnels et qu’elles sont protégées après votre mort. Ce qui élimine pratiquement tout droit d’accès à vos héritiers, peu importe leur valeur économique ou sentimentale.

Ils devront donc se résigner à ne pas signaler votre décès et à maintenir votre existence virtuelle, le temps d’accéder clandestinement à vos comptes et de télécharger documents et données qui leur sont chers.

Conseils

  • Ajoutez des instructions concernant votre identité et vos actifs numériques à vos dernières volontés inscrites à votre testament, y compris une liste de tous vos comptes et actifs numériques.
  • Utilisez une application de gestion de mots de passe et confiez le mot de passe de la voûte de cette application à votre notaire, à une personne de confiance ou déposez-le dans votre coffret de sûreté.
  • Gravez sur CD ou DVD votre collection de musique, films, livres, balados et émissions télé achetée en ligne. Car, précise notamment Apple, votre droit d’accès disparaît après votre mort. Le contenu de votre nuage (photos, documents, courriels, données diverses) ne se transmet donc pas à vos héritiers... sauf sur CD ou DVD.