/news/provincial
Navigation

Des citoyens réclament un parc à Beauport

Marie-Claude Fontaine, projet Croque mon quartier
Photo Jean-François Racine Marie-Claude Fontaine, projet Croque mon quartier

Coup d'oeil sur cet article

Un groupe de citoyens du secteur de Beauport réclame un parc linéaire et une forêt nourricière sur un terrain à vendre qui appartient à Hydro-Québec. 

Les membres du projet Croque ton quartier, qui militent depuis plus de deux ans, dénoncent également le manque d’espaces verts dans ce quartier et souhaitent ajouter une piste cyclable à leur projet d’aménagement. 

Or Hydro-Québec a mis en vente le terrain sur lequel se trouve la «bande verte» à laquelle le groupe s'intéresse. Une douzaine d’entre eux étaient présents mardi soir au conseil d’arrondissement de Beauport. 

Persévérance 

«Depuis deux ans et demi, il a fallu que les membres du comité fassent preuve de créativité, d’une grande résilience et de beaucoup de persévérance pour atteindre une partie de nos objectifs. Malheureusement, nous avons été surpris de la complexité de s’impliquer dans notre communauté», a lancé la présidente de Croque ton quartier, Marie-Claude Fontaine. 

«C’est clair que ça va être difficile de tout acquérir. C’est un prix assez élevé. Si on décide d’acheter tous les terrains, c’est environ 8 M$, et faire un parc de quartier, c’est environ 300 000$ à 400 000$», a expliqué le conseiller municipal du district Robert-Giffard, Jérémie Ernould, qui tente de trouver une solution. 

«Une opportunité» 

«Ça sert à jouer et on a beaucoup d’espace», a précisé la jeune Emma au président de l’arrondissement de Beauport, Stevens Melançon. 

Mme Fontaine a quitté la séance relativement satisfaite. «Ça devrait bouger plus rapidement. Je reviens avec mon idée de faire bateau commun. Ce n’est pas terminé. Il y a des solutions qu’on peut trouver ensemble», a-t-elle mentionné.  

«On souhaite laisser un espace pour les générations futures. Cette bande est une opportunité en or à saisir par la Ville, au lieu de faire de l’immobilier», a résumé Véronique Dufour.