/sports/football
Navigation

Des débuts encourageants pour Daniel Jones avec les Giants

Daniel Jones a créé de l’espoir en un avenir meilleur pour les Giants.
Photo d’archives, AFP Daniel Jones a créé de l’espoir en un avenir meilleur pour les Giants.

Coup d'oeil sur cet article

Depuis que les Giants ont retrouvé leurs sens en confiant le ballon à Daniel Jones, l’espoir est de retour. Il y a encore beaucoup de chemin à parcourir, mais déjà, le quart-arrière recrue fait sortir l’attaque de sa coquille.  

C’est déjà ça de gagné pour une équipe qui végète depuis ses dernières conquêtes. Malgré tout le respect qu’il faut vouer à la carrière d’Eli Manning, les Giants savaient exactement où ils s’en allaient avec lui et c’était profondément dans le fossé.  

Avec Jones vient bien sûr un côté imprévisible, mais le jeune homme a démontré à ses trois premiers matchs que le feu brûle en lui et qu’il a les capacités athlétiques pour se sortir de quelques jeux en apparence perdus. Les Giants peuvent recommencer à croire en un présent et surtout, un avenir meilleur.  

Tout n’est évidemment pas gagné. Après tout, Jones a excellé face aux Buccaneers à son premier départ, quand les entraîneurs adverses ne pouvaient pas observer ses tendances et habitudes chez les pros, sur vidéo.  

La semaine suivante face aux Redskins, il a déjà paru plus chancelant contre une défensive pourtant poreuse. Dimanche, face à la défensive suffocante des Vikings, il a montré une triste moyenne de 4,8 verges par tentative de passe.  

Mais à sa défense, non seulement il a peu d’expérience au compteur, mais en plus, il n’a pas eu l’opportunité de jouer un match complet avec l’arme redoutable qu’est le porteur Saquon Barkley. Il vient tout juste de gagner les services du receveur Golden Tate, de retour de suspension. Et avec une défensive qui ne casse rien, Jones n’a que très peu de marge de manœuvre. Dans ce contexte, il se tire bien d’affaire à ce jour.  

Malgré son bagage peu garni, il n’hésite pas à prendre quelques risques. Dimanche, sa passe de touché à Darius Slayton, une autre recrue, a traversé 35 verges dans les airs. Croyez-le ou non, aucune passe de Manning n’avait franchi une telle distance depuis 2015.  

La défensive des Patriots  

Même si les Giants progressent avec Jones, nul besoin de spécifier qu’il vaut mieux tempérer les attentes jeudi soir face à la défensive des Patriots.  

L’entraîneur-chef Bill Belichick présente une fiche de 17-5 en carrière face à des quarts-arrière recrues, dont 11-0 à la maison. Ceux qui ont trompé sa vigilance légendaire sont parfois devenus de grands joueurs (Ben Roethlisberger en 2004 et Russell Wilson en 2012) et parfois des quarts marginaux (Mark Sanchez en 2009, Colt McCoy en 2010 et Geno Smith en 2013).  

Daniel Jones ne brisera pas la tendance face aux Patriots, mais tous ceux qui se moquaient allègrement des Giants au repêchage sont tout à coup silencieux. 

Prédiction

  • Giants 10; Patriots 37

L’état des forces dans la NFL 

1) Patriots de la Nouvelle-Angleterre (5-0) 

Semaine dernière : 1 (=)  

Difficile de ne pas avoir hâte à la deuxième portion du calendrier avec des duels plus enlevants face aux Eagles, Cowboys, Texans et Chiefs, notamment. Les Patriots font bien leur boulot et dominent comme ils doivent dominer face aux plus faibles. Mais vivement de la compétition! 

2) Saints de la Nouvelle-Orléans (4-1) 

Semaine dernière : 3 (+1) 

Dimanche a marqué le premier match de plus de 200 verges pour le quart-arrière Teddy Bridgewater depuis le 20 décembre 2015, avant son horrible blessure au genou. Il garde bien le fort et défensivement, Marshon Lattimore musèle les receveurs adverses.  

3) Chiefs de Kansas City (4-1) 

Semaine dernière : 2 (-1) 

La ligne offensive des Chiefs a mal paru face aux Colts, particulièrement en fin de match, où elle semblait vidée d’énergie. Même constat pour le front défensif, outrageusement dominé par la ligne offensive des Colts. Offensivement, les Chiefs peinent contre la couverture plus serrée homme à homme. 

4) 49ers de San Francisco (4-0) 

Semaine dernière : 7 (+3) 

Les Niners sont le dernier exemple démontrant toute l’importance de bâtir par les lignes offensive et défensive, avec un quart-arrière efficace sans être spectaculaire. Le match de lundi s’est avéré la grande sortie du deuxième choix au total du dernier repêchage, l’ailier défensif Nick Bosa. Un monstre! 

5) Packers de Green Bay (4-1) 

Semaine dernière : 6 (+1) 

La contribution du porteur Aaron Jones passe trop sous silence tellement les performances d’Aaron Rodgers sont passées sous la loupe. Dimanche, Jones a amassé 182 des 335 verges à l’attaque des siens, soit 54,3%. Plus il a sa chance, plus il démontre qu’il est l’homme de la situation. 

6) Seahawks de Seattle (4-1) 

Semaine dernière : 8 (+2) 

Russell Wilson peut jouer la carte de l’humilité, mais il est jusqu’ici le joueur le plus utile dans la NFL avec 12 passes de touchés, aucune interception et neuf verges par tentative de passe. Le seul joueur qui se rapproche d’un tel impact est Christian McCaffrey avec les Panthers. 

7) Rams de Los Angeles (3-2)  

Semaine dernière : 5 (-2) 

Jared Goff a accumulé 912 verges par la passe en deux semaines et les Rams ont inscrit 69 points dans ces deux matchs. Pourtant, il s’agit de deux défaites. Cette équipe a oublié la notion de l’importance d’un bon jeu au sol. Et Goff est devenu une machine à revirements. 

8) Cowboys de Dallas (3-2) 

Semaine dernière : 4 (-4) 

Les Cowboys, face aux Packers, ont été le cas classique de l’équipe qui fait bien bouger le ballon, sans toutefois l’amener à la terre promise. En première demie, ils ont avancé en territoire ennemi sur quatre possessions, mais n’ont inscrit aucun point. Ne cherchez pas plus loin la raison du revers. 

9) Eagles de Philadelphie (3-2) 

Semaine dernière : 10 (+1) 

D’accord, les Eagles n’ont défait que les pauvres Jets, mais n’empêche que leur défensive a connu un fort match avec 10 sacs du quart, deux interceptions, un échappé recouvert et surtout, deux touchés. Par chance, parce que l’attaque continue d’éprouver des ennuis. 

10) Bills de Buffalo (4-1) 

Semaine dernière : 11 (+1) 

À chaque match des Bills, un héros différent peut se manifester dans une équipe qui mise davantage sur le concept d’équipe que de grandes vedettes individuelles. Cette fois, c’est le plaqueur Jordan Phillips qui a réussi trois des cinq sacs des siens. Il en comptait seulement 6,5 en carrière. 

11) Colts d’Indianapolis (3-2) 

Semaine dernière : 22 (+11) 

Les Colts ont concocté un brillant plan de match défensif face aux Chiefs en déviant de leur typique couverture de zone afin de mettre la pression sur les receveurs des Chiefs. Avec 45 courses, l’offensive a imposé sa volonté et prouvé que les victoires à l’ancienne sont encore possibles.  

12) Ravens de Baltimore (3-2) 

Semaine dernière : 13 (+1) 

Les Ravens ont remporté une importante victoire dans leur division face aux Steelers, mais il s’en fallait de peu pour qu’ils l’échappent. Lamar Jackson compte cinq interceptions à ses deux derniers matchs et la défensive finit par en pâtir en passant beaucoup de temps sur le terrain. 

13) Vikings du Minnesota (3-2) 

Semaine dernière : 15 (+2) 

Une semaine après avoir été la cible de vives critiques, Kirk Cousins a remonté sa cote de popularité avec une prestation sans tache face aux Giants. Avant de l’absoudre de ses péchés, il faudra le revoir jouer avec la même conviction face aux prétendants sérieux. 

14) Lions de Detroit (2-1-1) 

Semaine dernière : 14 (=) 

C’est l’heure de vérité pour les Lions, dans un moment où plusieurs les identifient comme l’une des belles révélations cette saison. De retour de leur congé, deux matchs de division les attendent, face aux Packers et Vikings. Le genre de duel où les Lions s’effacent souvent. 

15) Panthers de la Caroline (3-2) 

Semaine dernière : 18 (+3) 

Le porteur Christian McCaffrey est en voie d’accumuler 2771 verges de la ligne de mêlée s’il maintient la cadence. Le record de 2509 établi par Chris Johnson en 2009 est donc à portée. Défensivement, Brian Burns mène la course au titre de recrue défensive de l’année dans le circuit. 

16) Texans de Houston (3-2) 

Semaine dernière : 19 (+3) 

Les Texans ont abusé de la généreuse défensive des Falcons pour connaître un match astronomique en termes de statistiques aériennes. Reste à voir si l’équipe pourra maintenir un tel élan face aux Chiefs, Colts, Raiders et Jaguars, des duels peu commodes qui s’en viennent. 

17) Raiders d’Oakland (3-2) 

Semaine dernière : 25 (+8) 

Les Raiders ont infiniment de mérite de se retrouver à 3-2, après avoir passé les trois dernières semaines sur la route, dont une à Londres. Le pire, c’est qu’après leur congé de cette semaine, ils reprennent la route pour leurs deux prochains duels. Ils méritent mieux. 

18) Bears de Chicago (3-2) 

Semaine dernière : 9 (-9) 

Les Bears ont croulé pour une rare fois contre la course en concédant plus de 160 verges au sol pour la première fois depuis la semaine 6, l’an dernier. Le secondeur de deuxième année Roquan Smith semble régresser et s’est fait bousculer par l’attaque des Raiders. 

19) Jaguars de Jacksonville (2-3) 

Semaine dernière : 17 (-2) 

Les Jaguars ont perdu, mais la légende de Gardner Minshew bat toujours son plein. Le quart recrue a amassé 374 verges contre la défensive numéro un contre la passe des Panthers. La chimie avec le receveur de deuxième année DJ Chark (8 réceptions, 164 verges, deux touchés) est fusionnelle.  

20) Browns de Cleveland (2-3) 

Semaine dernière : 12 (-8) 

Il y a plusieurs éléments chez les Browns qui rivalisent de médiocrité. Le panier percé déguisé en ligne offensive, le jeu hésitant, voire négligeant de Baker Mayfield, les mains cafouilleuses de ses receveurs et la défensive abonnée aux pénalités. Que de talent gaspillé! 

21) Chargers de Los Angeles (2-3) 

Semaine dernière : 16 (-5) 

Pour la première fois en 55 matchs et la neuvième fois seulement en 224 départs pour Philip Rivers, l’offensive n’a pas inscrit de touché, face aux Broncos. Le retour du porteur Melvin Gordon ne produit pas l’effet escompté et les blessures s’accumulent. C’est souvent le cas avec les Chargers. 

22) Buccaneers de Tampa Bay (2-3) 

Semaine dernière : 21 (-1) 

Les Bucs ont bien figuré face aux Saints malgré la défaite et quelques décisions douteuses des arbitres ne les ont pas aidés. Antony Auclair a notamment été privé d’un échappé recouvert sur un retour de dégagement. Le Beauceron continue de s’affirmer, entre autres sur les unités spéciales. 

23) Titans du Tennessee (2-3) 

Semaine dernière : 20 (-3) 

Le retour attendu du bloqueur Taylor Lewan n’a pas empêché Marcus Mariota de courir pour sa vie, lui qui a été victime de cinq sacs. Quatre bottés ratés ont coulé les Titans, qui auraient dû tenter leur chance sur un quatrième essai et quatre verges à la ligne de 35 des Bills avec sept minutes à jouer. 

24) Steelers de Pittsburgh (1-4) 

Semaine dernière : 24 (=) 

Après Big Ben, voilà que Mason Rudolph est tombé au combat et que les espoirs reposent sur Devlin Hodges, une quart recrue non-repêché. Il a bien paru, mais son manque d’expérience ainsi que son bras limité font en sorte qu’il est temps d’allumer des lampions à Pittsburgh. 

25) Broncos de Denver (1-4) 

Semaine dernière : 27 (+2) 

Les Broncos ont enfin profité d’une excellente performance défensive pour éviter de se retrouver à 0-5 pour la première fois dans l’histoire de la franchise. L’attaque au sol a amassé 191 verges et la tension va descendre d’un cran à Denver, mais l’équipe n’est clairement pas sortie du bois. 

26) Giants de New York (2-3) 

Semaine dernière : 23 (-3) 

Les Giants sont retombés sur terre après deux victoires de suite pour amorcer l’ère Daniel Jones et le choc s’annonce encore plus brutal face aux Patriots. Mis à part un match face aux Redskins, la défensive n’arrête personne et se fait piétiner autant au sol que par les airs. 

27) Cardinals de l’Arizona (1-3-1) 

Semaine dernière : 29 (+2) 

Beaucoup de choses ont été dites et écrites sur la révolution aérienne que Kliff Kingsbury tente d’implanter chez les Cardinals, mais il aura récolté sa première victoire grâce à une récolte de 266 verges au sol. David Johnson et Chase Edmonds ont accumulé 159 verges de cette collection. 

28) Falcons d’Atlanta (1-4) 

Semaine dernière : 26 (-2) 

Difficile de comprendre pourquoi la défensive des Falcons s’effondre à ce point. Celle-ci accorde 30,7 points par match et vient de donner 592 verges aux Texans. Ça sent mauvais pour l’entraîneur-chef Dan Quinn, qui décide des jeux en défensive. Il est loin de ses belles années avec les Seahawks... 

29) Bengals de Cincinnati (0-5) 

Semaine dernière : 28 (=) 

La bonne nouvelle, c’est que les Bengals ont haussé leur moyenne au sol à 61,2 verges par match et qu’ils n’occupent plus le dernier rang à ce chapitre. La mauvaise nouvelle, c’est qu’ils ne devancent que les Dolphins et que ce n’est généralement pas associé à un signe de compétence.  

30) Jets de New York (0-4) 

Semaine dernière : 30 (=) 

En quatre matchs cet automne, les Jets montrent un grand total de deux touchés offensifs. Sam Darnold revient dimanche de sa mononucléose, mais la ligne offensive devant lui n’a rien de rassurant. Elle vient de donner 10 sacs aux Eagles, eux qui n’en comptaient que trois cette saison. 

31) Redskins de Washington (0-5) 

Semaine dernière : 31 (=) 

Au revoir, Jay Gruden! L’entraîneur-chef a mené les Redskins en séries une seule fois en cinq saisons et des poussières, mais difficile de se faire valoir au sein d’une organisation dysfonctionnelle. Sa fiche de 35-49-1 ne justifiait plus de l’employer, mais son successeur a du boulot. 

32) Dolphins de Miami (0-4) 

Semaine dernière : 32 (=) 

Les Dolphins n’ont pas perdu cette semaine, gracieuseté de leur congé. Les Redskins se rapprochent dangereusement de leur place dans les abysses du classement et un choc au sous-sol entre ces deux impuissances nous dévoilera dimanche quelle équipe mérite vraiment cette place.