/news/society
Navigation

Les écolos divisés sur les moyens

Coup d'oeil sur cet article

Un groupe environnementaliste bien implanté au Québec déplore que des militants aient gravi la structure du pont Jacques-Cartier, mardi, pour dénoncer l’inaction des gouvernements sur le climat, qualifiant même le coup d’éclat « d’erreur ».

« Pour nous, l’action sur le pont Jacques-Cartier est problématique, car on considère que la transition écologique doit se faire avec les gens, et non contre les gens », a indiqué Karel Mayrand, directeur général pour la Fondation Suzuki au Québec, un organisme de défense environnementale.

Mardi, trois militants du groupe Extinction Rebellion ont gravi la structure du pont Jacques-Cartier pour forcer les politiciens à agir pour le climat. Plus tard, une quarantaine de manifestants du même groupe ont été arrêtés après s’être étendus au sol sur le boulevard René-Lévesque.

  •  ÉCOUTEZ l'entrevue de Karel Mayrand, directeur général de la Fondation David Suzuki au Québec, à ce sujet sur QUB Radio:   

Avertissement

Dans les deux cas, les actes de désobéissance civile ont provoqué des bouchons de circulation monstres.

« La crise climatique, ce n’est pas la faute des gens : c’est la faute des institutions. Et donc, c’est certain qu’on ne peut pas endosser ce geste-là », a renchéri M. Mayrand, qui croit que gravir le pont Jacques-Cartier était une « erreur ».

Le porte-parole de la fondation sert d’ailleurs une mise en garde aux membres d’Extinction Rebellion, qu’il invite à « réfléchir sur l’avenir ».

« Il faudra faire attention de ne pas multiplier les gestes qui prennent les gens comme cibles, parce que là, il pourrait y avoir un risque que les gens décrochent », a-t-il affirmé.