/news/health
Navigation

Nouveaux pouvoirs des super infirmières: fin de la prime aux médecins?

L’incertitude plane sur les 30 000 $ accordés aux médecins de famille pour superviser les super infirmières

Nouveaux pouvoirs des super infirmières: fin de la prime aux médecins?
Photo d’archives

Coup d'oeil sur cet article

 Québec a dévoilé mercredi un projet de loi qui accorde une grande autonomie aux super infirmières, mais l’incertitude plane sur la prime de 30 000 $ accordée aux groupes de médecins de famille pour superviser leur travail. 

 Tel qu’annoncé au printemps dernier, les infirmières praticiennes spécialisées (IPS) pourront dorénavant, entre autres, diagnostiquer les maladies courantes et chroniques, prescrire des examens diagnostiques et déterminer des traitements médicaux. 

La ministre de la Santé, Danielle McCann, en entrevue a QUB Radio, mercredi à Québec.
Photo Simon Clark
La ministre de la Santé, Danielle McCann, en entrevue a QUB Radio, mercredi à Québec.

Les IPS se libèrent ainsi complètement de la tutelle des médecins dans leurs champs de compétence. « Les actes posés par les infirmières praticiennes spécialisées deviendraient des actes infirmiers, plutôt que des actes médicaux délégués aux infirmières praticiennes spécialisées », a souligné la ministre de la Santé, Danielle McCann, en conférence de presse. 

 Nombreux actes 

 Le projet de loi prévoit également une panoplie d’autres actes plus administratifs qui pourront désormais être confiés aux IPS. Par exemple, une super infirmière pourra désormais délivrer un certificat de retrait préventif pour un travailleur exposé à un contaminant. De la même façon, celle-ci pourra dispenser un conducteur de porter une ceinture de sécurité pour des raisons médicales. 

 Ainsi, le fameux « billet du médecin » pourrait devenir un billet de la super infirmière. Pour le moment, une IPS doit se référer au médecin pour signer de tels documents, même si elle prend en charge le patient. « On veut que ce soit l’infirmière praticienne spécialisée qui signe tous ces formulaires, parce que c’est elle qui suit le patient », note Mme McCann. 

 Une autre nouvelle responsabilité a toutefois un impact plus important. Une IPS pourra ordonner l’internement pour 72 heures d’une personne dont l’état mental présente un danger pour elle-même ou autrui, comme certains médecins peuvent le faire en ce moment. 

 Incertitude 

 Ces nouvelles responsabilités déléguées aux IPS ont été accueillies avec prudence par la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ). Le syndicat souhaite étudier le projet de loi avant de se prononcer sur le fond. « Est-ce que ça va améliorer l’accès aux services, l’offre de soins? Ça reste à voir », dit son directeur des communications, Jean-Pierre Dion. 

 En conférence de presse, la ministre McCann a affirmé que la prime d’environ 30 000 $ accordée à un groupe de médecine de famille pour encadrer une IPS ne s’appliquera plus. La ministre affirme toutefois qu’il est « trop tôt » pour savoir ce qu’il adviendra de cette prime. 

 Mme McCann fait valoir que son ministère prépare une réforme majeure de la rémunération. Québec souhaite que ceux-ci soient désormais payés en fonction de la prise en charge des patients. La ministre espère pouvoir annoncer une entente en ce sens d’ici Noël. 

 À la FMOQ, on ne semble pas prêt à laisser aller la prime de supervision des IPS. M. Dion fait valoir que celles-ci continueront de consulter leurs collègues médecins sur certains cas plus lourds. Si les super infirmières reçoivent un salaire, les omnipraticiens eux sont généralement payés à l’acte. « Ce n’est pas vrai que, quand il va y avoir des discussions de cas de patients, l’IPS va être payée, mais que le médecin ne sera pas payé », fait-il valoir. 

 La prime vise à couvrir la « discussion de cas », ajoute M. Dion. « Il va falloir que ça demeure, à moins qu’on veuille vraiment que les deux travaillent en silos », dit-il. 

Certains nouveaux pouvoirs

  • Diagnostiquer les maladies courantes 
  • Diagnostiquer les maladies chroniques 
  • Déterminer des traitements médicaux
  • Faire un suivi de certaines grossesses
  • Signer des documents administratifs

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.