/news/provincial
Navigation

Lévis mettra fin à son aide au marché actuel

Elle convoite la ferme Chapais pour un nouvel emplacement

Coup d'oeil sur cet article

La Ville de Lévis mettra fin au financement de son marché public de Miscéo, qui n’a pas donné les résultats escomptés. Elle espère en ouvrir un nouveau sur les terres de la ferme Chapais, qu’elle réclame au fédéral.

Le maire Gilles Lehouillier demande que le fédéral lui cède pour 1 $ les terres de 40 hectares de la ferme Chapais pour en faire « le plus grand et le plus beau jardin communautaire » de la province et pour y installer un marché public.

Gilles Lehouillier, Maire de Lévis
Photo Jean-François Desgagnés
Gilles Lehouillier, Maire de Lévis

Déjà, un marché est installé dans le quartier Miscéo, près du Centre des congrès de Lévis.

Ouvert en 2014, il n’a cependant pas répondu aux attentes, a concédé le maire, qui a annoncé que Lévis ne prolongerait pas son aide financière au-delà de la fin du contrat en 2020.

En ce moment, la Ville finance la portion extérieure du marché. En tout, elle aura dépensé 315 000 $ dans le projet.

Trop à l’étroit

Les commerçants seront rencontrés. Mais déjà, plusieurs avaient déserté l’endroit, qui était jugé peu visible. M. Lehouillier estime quant à lui que l’espace était trop restreint. Le futur marché public serait saisonnier, soit six mois par année.

Il croit que les terres de Saint-Romuald sont l’endroit idéal pour le relocaliser.

« C’est un des éléments les plus importants de la campagne », a fait valoir M. Lehouillier. « Si on a été capable de céder Espace 400e à Québec pour une somme nominale, je ne vois pas pourquoi on ne pourrait pas céder à Lévis la ferme Chapais pour une somme nominale. »

La Ville veut aménager des jardins communautaires, pour lesquels il y a « un engouement » à Lévis.

On veut aussi en faire un site événementiel pour y tenir des événements extérieurs, grâce à sa configuration en forme d’amphithéâtre. Des sentiers pédestres sont aussi dans les plans. « Ça ferait partie de nos 10 grands parcs urbains », envisage Gilles Lehouillier.

En mode écoute

Du côté de la coopérative du marché de Lévis, le président Jean-François Marcoux rappelle que le marché a été déplacé à quatre reprises au cours des dernières années.

« On ne s’est pas assis encore avec la Ville. Mais on est en mode écoute. On verra ce que la Ville a à nous proposer. »

Le porte-parole libéral Karl Sasseville a indiqué que l’équipe de Justin Trudeau était ouverte à la discussion. « Toutes les options sont sur la table. »

« Nous sommes en accord avec la demande de la Ville de Lévis », a indiqué la représentante du Bloc québécois, Carolane Landry.

Le député conservateur Steven Blaney « accueille favorablement la proposition du maire Lehouillier de préserver ce site exceptionnel en le transformant en espace communautaire destiné à toute la collectivité ».

Le NPD estime la demande « raisonnable » et se dit prêt à « entamer des discussions ».