/sports/hockey/remparts
Navigation

Pierrick Dubé admet ses torts

L’attaquant de 18 ans a bien compris le message et assure ne pas recommencer

Pierrick Dubé (photo) et Patrick Roy se sont expliqués par rapport à l’incident de jeudi soir dernier, à Bathurst. L’attaquant des Remparts veut faire oublier cet épisode.
Photo d'archives, Didier Debusschère Pierrick Dubé (photo) et Patrick Roy se sont expliqués par rapport à l’incident de jeudi soir dernier, à Bathurst. L’attaquant des Remparts veut faire oublier cet épisode.

Coup d'oeil sur cet article

Les entraîneurs sont toujours impatients de voir de quelle manière leurs joueurs rebondiront quand ils ont péché. Pointé du doigt par Patrick Roy après la victoire à Bathurst la semaine passée pour un geste qui lui a valu une suspension automatique, Pierrick Dubé a fait acte de contrition.

L’attaquant de 18 ans avait été forcé de s’absenter dans le deuxième match du voyage dans les Maritimes, vendredi, à Charlottetown, en raison du coup de bâton porté au visage de l’adversaire la veille, un geste que le Diable en chef avait déploré.

Roy et son joueur ont depuis eu une discussion sur le sujet, et le numéro 72 a promis de ne plus embarrasser son équipe de cette manière. Avant le début de ce séjour dans l’Est, Dubé comptait quatre buts et trois mentions d’aide, pour sept points, en quatre rencontres. Il a été blanchi à son retour au jeu, dimanche, à Saint-Jean, où il avait été relégué sur le deuxième trio en compagnie d’Andrew Coxhead et de Thomas Caron.

« C’est un incident qui n’aurait pas dû avoir lieu et j’en tire une leçon. J’en suis totalement conscient. J’étais sur un moment de frustration et je comprends totalement la décision de Patrick. On a eu une bonne discussion ensemble pour parler de ça. Je suis un gars de caractère, mais j’ai très bien compris le message et ça n’arrivera plus », a assuré celui qui enfile l’uniforme québécois pour une troisième saison au terme de l’entraînement de mercredi.

Roy satisfait

Roy a apprécié ce qu’il a entendu de la part de son vétéran lors du tête-à-tête.

« Ça s’est bien passé. On veut des gars qui sont disciplinés et des gars assidus à l’école. Dans les deux cas, je trouvais que ça glissait dans le cas de Pierrick. Je voulais m’assurer qu’il suit ce qu’on recherche », a mentionné l’entraîneur et directeur général.

Même s’il a perdu sa place sur la première unité au profit d’Anthony Gagnon, Dubé ne s’en fait pas outre mesure.

« Ce sont des choses sur lesquelles je dois me contrôler, surtout que j’avais un très bon début de saison. Je jouais très bien avec [Félix] Bibeau et [James] Malatesta. J’ai été suspendu, et Gagnon a très bien fait ça. Peu importe où je vais jouer sur l’équipe, je serai content de jouer au hockey. Il mérite amplement ce qu’il lui arrive », a-t-il souligné en parlant de son coéquipier de 20 ans acquis de l’Océanic pendant le camp d’entraînement.

À la maison

Invaincus sur la route en cinq sorties et battus à leurs deux premiers rendez-vous au Centre Vidéotron, les Remparts renoueront avec leurs partisans vendredi soir lors de la visite des Saguenéens de Chicoutimi, qui figurent parmi les favoris dans la LHJMQ, cette saison. Les Remparts sont l’une des trois formations du circuit, avec Bathurst et Gatineau, à n’avoir toujours pas célébré à la maison.

« On sera bien attendus vendredi. On reçoit Chicoutimi, une très bonne équipe, et on doit prendre beaucoup de confiance avec nos trois victoires. Cela dit, il ne faut pas rester là-dessus et on doit continuer à bâtir notre confiance en donnant une bonne performance devant nos partisans », a souhaité Dubé.

Moins de 17 ans : un horaire qui dérange

À moins d’une surprise, les Remparts seront privés de leurs meilleurs éléments de 16 ans au début du mois de novembre lors du Défi mondial des moins de 17 ans. Mais ne le dites pas à Patrick Roy !

C’est que le grand patron des Remparts aurait préféré que cette compétition réunissant l’élite mondiale de cet âge du 2 au 9 novembre à Swift Current et Medecine Hat se tienne à un autre moment.

Si les Cataractes de Shawinigan ont subi les contrecoups de ce tournoi l’an passé en perdant trois joueurs ainsi que William Veillette, qui s’alignait alors avec les Chevaliers de Lévis, les Remparts se préparent à vivre le même phénomène, eux qui alignent cinq hockeyeurs de 16 ans.

« J’aime mieux ne pas y penser... Je n’ai rien contre la compétition comme telle, mais je trouve ça juste dommage pour nous. L’an passé, il y avait d’autres équipes qui étaient affectées par la perte de leurs joueurs, comme Shawinigan, a rappelé le “33”, dont le fidèle complice, Martin Laperrière, sera derrière le banc de l’une des trois équipes du Canada.

« C’est bon pour les joueurs de faire partie du programme [de Hockey Canada], mais pour moi, ce sont des événements qui devraient être faits durant l’été. Cela dit, j’espère que tous nos joueurs y seront invités. Mais on a quand même cinq joueurs. C’est comme ça, et ça va donner la chance à d’autres de jouer ».

Quatre joueurs au camp

Le gardien Emerick Despatie, le défenseur Charle Truchon et les attaquants James Malatesta et Nathan Gaucher ont d’ailleurs été invités l’été dernier au camp de développement du programme. Seul Jacob Melanson n’avait pas reçu de carton.

À l’heure actuelle, Malatesta trône au sommet des buteurs de la LHJMQ parmi les recrues avec six réussites. Les Remparts joueront deux fois pendant le tournoi, mais en considérant le voyage en Abitibi et à Gatineau du 30 octobre au 2 novembre ainsi que le match du lendemain de la finale, les recrues pourraient rater jusqu’à cinq rencontres.

Par ailleurs, Roy a confirmé que l’auxiliaire Emerik Despatie obtiendra un deuxième départ face aux Cataractes, lundi après-midi. Despatie avait bien fait lors de son baptême à Charlottetown, samedi passé, guidant les siens vers un gain en prolongation.