/news/transports
Navigation

Uber: «Bon pour l’environnement», plaide François Legault

Le premier ministre François Legault
Photo Simon Clark Le premier ministre François Legault

Coup d'oeil sur cet article

 Après le troisième lien, au tour du géant Uber d’être présenté comme étant bénéfique pour l’environnement par le premier ministre François Legault. 

 C’est ce qu’a fait valoir le premier ministre lorsqu’il a été interpellé au Salon bleu par la chef parlementaire de Québec solidaire, Manon Massé, sur le projet de loi 17.  

 Cette pièce législative venant déréglementer l’industrie du taxi doit être adoptée d’ici la fin de la semaine, puisque le projet pilote d’Uber se termine lundi, en pleine relâche parlementaire.  

 Lors de la période des questions, M. Legault a accusé Québec solidaire d’être «contre l’économie de partage», un modèle incarné notamment par Uber.  

 «L’économie de partage, c’est bon pour l’environnement», a répété M. Legault, avant de se rendre au Conseil des ministres.  

 Limiter les GES 

 «À peu près tous les groupes environnementaux dans le monde sont pour l'économie de partage, parce que ça permet de réduire les émissions de gaz à effet de serre, a-t-il soutenu en chambre. Ça permet de limiter les dommages sur l'environnement en étant plusieurs à utiliser les mêmes actifs.»  

 «Pardon?! Uber et cie sont NOCIFS pour l'environnement et la circulation», a réagi la députée solidaire Ruba Ghazal, en s’appuyant sur une étude dévoilée en mai dernier, qui conclut que les bouchons de circulation ont empiré à San Francisco à cause d’Uber et Lyft. Les mêmes chercheurs ont toutefois reconnu que le partage de trajets entre plusieurs clients aide à réduire, de façon minime la congestion routière.  

 Une fois le projet de loi 17 adopté, il sera justement possible, pour Uber, d’offrir au Québec le service uberPOOL, d’ici un an. À Toronto comme à San Francisco, les usagers peuvent partager le prix d’une course avec des inconnus. Le ministre des Transports, François Bonnardel, croit que cela contribuera à réduire «l’auto solo».  

Le premier ministre François Legault
Photo Simon Clark

 Recul sur un amendement 

 Libéraux, solidaires et péquistes ont tous souligné le recul qu’a dû effectuer M. Bonnardel après le dépôt, tard mardi soir, d’un amendement qui aurait pu empêcher les propriétaires de permis de taxi de bénéficier de compensations additionnelles découlant de recours judiciaires.  

 Même s’il restait moins d’une dizaine d’articles de concordance à adopter, mercredi soir, la députée solidaire Ruba Ghazal a multiplié les questions afin d’empêcher la commission parlementaire de conclure.  

 «Voilà! Après avoir bloqué le pont Jacques-Cartier, Québec solidaire a décidé de bloquer le projet de loi», a dénoncé M. Bonnardel, qui souhaite reprendre les travaux jeudi matin en vue d’une adoption en après-midi.  

 «Ce n’est pas ça mon objectif, de faire de l’obstruction», s’est défendue Mme Ghazal, lors d’une mêlée de presse.  

 En début de journée, Mme Massé avait offert au premier ministre «une dernière chance pour éviter le bâillon», une déclaration «prémonitoire», a observé le libéral Gaétan Barrette, qui malgré certains gains, votera contre le projet de loi, comme les autres partis d’opposition.  

Des propriétaires de permis de taxi prévoient aussi manifester leur mécontentement, un peu partout au Québec, de 9h à 17h, jeudi.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.