/finance/business
Navigation

Multinationale controversée : La Caisse se dissocie du géant brésilien JBS

Coup d'oeil sur cet article

Face à la colère des groupes environnementaux, la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) a décidé de retirer son investissement de 11,4 millions $ dans le géant brésilien JBS accusé de « financer la destruction » de l’Amazonie.

« Après des analyses approfondies, nous avons conclu que ce n’est pas une entreprise dans laquelle nous souhaitons demeurer à long terme », a confirmé au Journal le porte-parole, Maxime Chagnon, sans donner plus de détails, jeudi.

Déforestation de l’Amazonie

En août dernier, l’organisme Amazon Watch a tiré à boulets rouges sur la Caisse en l’accusant d’être complice de la déforestation de l’Amazonie en investissant ses millions $ dans JBS, mêlé aux pires scandales de corruption du pays.

Un mois plus tard, loin de se calmer, la grogne a pris de l’ampleur.

L’ONG américaine SumOfUs a lancé une pétition en l’accusant à son tour de financer la société JBS, qui « brûle des forêts amazoniennes vierges à un rythme de fou ».

« Des forêts entières sont rasées pour l’élevage de bétail du plus important producteur de viande au monde, JBS. Derrière JBS se cache des méga-investisseurs tels que BlackRock, Fidelity et La Caisse de dépôt et placement du Québec ! » peut-on lire dans la pétition signée par plus de 2000 personnes.